Les Républicains : vers la foire d’empoigne

16 Décembre 2015

À peine passé le deuxième tour des élections régionales, les querelles entre les rivaux pour la primaire au sein des Républicains ont repris de plus belle.

Si le résultat a limité les critiques des rivaux de Sarkozy, portant en particulier sur sa politique du « ni PS ni FN » pour le deuxième tour, il a été insuffisant pour permettre à l’ancien président d’imposer l’unité autour de lui.

En hors-d’œuvre à la reprise des hostilités, Sarkozy a fait disparaître la vice-présidente des Républicains, Nathalie Kosciusko-Morizet, la plus ouvertement critique, du futur organigramme de la direction du parti, prétextant le « souci d’une nouvelle équipe plus homogène ». L’apprenant par une dépêche AFP, NKM a aussitôt claqué la porte de la direction, critiquant les « méthodes staliniennes » du chef du parti, pour conclure sans fioriture : « On ne redressera pas la France avec des réactionnaires. » Que ne l’avait-elle compris avant !

Le « débat de fond », comme Les Républicains appellent la quête du discours électoral le plus porteur pour permettre à leur candidat de gagner la présidentielle et ainsi revenir aux affaires, est reporté aux 13 et 14 février. Entre règlements de comptes et bagarres d’appareil, ce prochain conseil national des Républicains leur promet une Saint-Valentin aux flèches bien acérées.

Gilles BOTI