Coliposte et La Poste Paris : non aux licenciements, non à la l’aggravation des conditions de travail

16 Septembre 2015

À la veille des congés d’été, la direction de La Poste a fait brutalement annoncer par son directeur de Paris 14, qu’à partir du 15 septembre, elle entendait imposer aux agents du centre la reprise d’une partie des activités – la livraison des colis – faite jusqu’ici par des salariés des sous-traitants de Coliposte (une des structures de La Poste). Ce que la direction présente comme un test pourrait entraîner le licenciement dans un premier temps des 22 salariés qui font ce travail.

La Poste a préparé en secret de gros aménagements, et pas seulement à Paris 14, en vue de supprimer un nombre considérable d’emplois, assurés jusqu’ici par de petites sociétés sous-traitantes dont l’existence ne dépend que de La Poste. Transférer l’activité de ces salariés aux postiers revient à les priver d’emploi. En clair La Poste voudrait aggraver les conditions de travail de ses agents pour pouvoir licencier leurs camarades des sociétés sous-traitantes.

C’est pour essayer de faire passer ce sale coup sans vague que la direction de La Poste a présenté cette opération comme un test, qu’elle prétend être un simple aménagement des conditions de travail de certains postiers. Mais il ne s’agit pas d’une petite opération locale. L’attaque est menée conjointement à l’échelle nationale. Ces prétendus tests La Poste dit vouloir les faire à Lyon, Saint-Etienne, Nantes où des salariés de Coliposte ont justement fait grève cet été contre les menaces qui pèsent sur eux. Derrière tout cela il y a la reprise envisagée par La Poste, dans toutes les grandes villes du pays, du travail de livraison des colis assuré jusqu’ici par Coliposte, avec la menace de centaines voire des milliers de licenciements à Paris et dans tout le pays.

En tout cas, sur Paris 14, le syndicat CGT a immédiatement alerté les postiers en dénonçant le caractère indigne de l’opération et en affirmant l’unité d’intérêts de tous les salariés quel que soit leur employeur formel, ceux de Coliposte comme des agents de Paris 14. Les postiers ont informé leurs camarades de Coliposte qu’ils ont pu croiser de ce qui les menaçait. Les postiers ne veulent pas prendre le travail de leurs camarades, d’autant moins qu’ils se trouvent déjà surchargés au travers des réorganisations permanentes qu’ils doivent subir sans cesse. Plusieurs dizaines de facteurs directement concernés ont voté encore il y a quelques jours la motion qui dénonçait cette opération. Le problème a également été évoqué au niveau des postiers de Paris. Dans différents centres, des militants CGT ont décidé d’alerter les salariés.

D’un côté la direction use de la menace pour que les postiers de Paris 14 assurent la livraison des colis, et de l’autre elle s’assoit sur toutes les lois toujours en cours qui imposent encore certaines obligations aux employeurs qui veulent licencier, opérer des restructurations et modifier les conditions d’emplois de leurs salariés. Comme toujours La Poste se veut à l’avant-garde des innovations contre les quelques droits des salariés.

Correspondant LO