FN : Voyous encartés

17 Juin 2015

Après l’incendie de treize voitures à Mitry-Mory, dans la région parisienne, un responsable départemental du Front national avait dénoncé sur son blog l’augmentation de l’insécurité dans sa commune. Mais les voyous auteurs de l’incendie ont été retrouvés, et leur « tête pensante » – si l’on peut dire! – a été démasquée… Il s’agit de ce responsable FN lui-même, accompagné de plusieurs militants frontistes des environs. Lui en prison et les autres sous contrôle judiciaire, ils attendent leur jugement. En outre, la justice les soupçonne d’avoir agi sous l’emprise de l’alcool et de la drogue, et d’avoir commis d’autres délits.

La direction du FN s’est évidemment empressée de se désolidariser de ces individus, pour le moment suspendus. Mais pour ce parti qui se dit en plein processus de « dédiabolisation », la tâche est ingrate : après chaque élection, la liste des militants, responsables ou candidats suspendus ou exclus pour cause de délits ou de propos racistes, homophobes, islamophobes, antisémites, pétainistes, etc., s’allonge un peu plus. Suite à la campagne électorale des départementales de mars 2015, le FN vient d’exclure seize candidats pour propos outranciers.

Mais ce parti sait faire preuve d’une certaine indulgence envers les siens. Les seize récents exclus ne sont finalement qu’une petite proportion des candidats estampillés FN ou Rassemblement bleu marine ayant tenu des propos racistes ou homophobes.

La direction du FN est même capable de pardonner. C’est ainsi que Jacques Coutela, suspendu en 2011 après avoir présenté le tueur norvégien d’extrême droite Andres Breivik comme « le premier défenseur de l’Occident » ou encore « Charles Martel 2 », a de nouveau été candidat FN lors des départementales de mars 2015.
 

Valérie FONTAINE