Fifa Nostra

03 Juin 2015

Le 28 mai, les chaînes de télévision ont interrompu leurs programmes habituels pour diffuser cette nouvelle stupéfiante : la Fédération internationale de football serait gangrénée par la corruption !

Allons bon. On savait que des milliardaires s’achetaient des clubs pour blanchir leurs capitaux, que les joueurs vedettes s’échangeaient pour des sommes pharamineuses, que les ouvriers travaillaient comme des esclaves sur les chantiers des stades de Dubaï, que les muscles gonflaient de façon naturelle et les paris de façon surnaturelle, que les présidents grossissaient encore plus vite que leurs comptes en banque, que les subventions publiques irriguaient ce petit monde de façon continue et que personne ne refusait rien aux grands sponsors que sont les grandes multinationales. Mais, disaient les médias, ce sont les faux frais de la grande fête du sport, de l’amitié entre les peuples et de la saine émulation.

Maintenant, devant l’évidence de la pourriture et de la concussion, confirmées par la réélection de Joseph Blatter, mafieux en chef, puis sa démission devant de nouvelles révélations, les médias, les sponsors et toute la mafia du football veulent sauver la poule aux ballons d’or.

Qu’ils ne s’inquiètent pas. Le cyclisme a prouvé depuis longtemps qu’on peut faire du spectacle, de l’audience et de l’argent, avec un sport pourri jusqu’à la moelle. Une société de concurrence, d’individualisme et de course aux profits a les distractions, les rêves et les gladiateurs qu’elle mérite.

Paul GALOIS