Église catholique : qu'ils balayent devant leur porche !

14 Janvier 2015
Les représentants officiels de l'Église catholique n'ont pas manqué de se joindre aux hommages rendus aux membres de la rédaction de Charlie Hebdo, eux qui étaient des athées revendiqués et militants.

L'hebdomadaire a pourtant dû ces vingt dernières années se défendre dans une quinzaine de procès portant sur des questions religieuses, « quatorze procès avec l'extrême droite catholique et un seul procès avec l'islam », précisait Charb en 2012 à L'Humanité.

C'est que, parmi ceux qui en France se réclament du catholicisme, toute une frange est jumelle des fondamentalistes musulmans en matière d'idées réactionnaires. C'est régulièrement que ces intégristes catholiques cherchent à imposer à toute la société leur point de vue, quitte à faire parfois des victimes. Ainsi, en 1988, les milieux intégristes avaient protesté contre le film La dernière tentation du Christ, allant jusqu'à incendier un cinéma à Paris, en y faisant quatre blessés graves. Ce sont ces mêmes courants qui en décembre 2011 ont cherché à empêcher que se joue une pièce de théâtre, Golgota Picnic, au théâtre du Rond-Point à Paris. En mars 2012, le directeur de ce théâtre était agressé par deux intégristes catholiques, ceux-ci lui jetant une assiette remplie d'excréments. L'étendard le plus fréquemment agité par ces intégristes catholiques est la lutte contre le droit à l'avortement.

Alors, les institutions religieuses catholiques qui protestent de leur solidarité après l'assassinat des membres de la rédaction de Charlie Hebdo font preuve d'une belle hypocrisie. Dans le même temps, elles traînent dans leur sillage des fous de dieu qui rêvent d'imposer leur ordre à toute la société et ne font rien pour s'en démarquer.

Boris SAVIN