Hôpital Tenon Paris 20e - Manque de personnel, ça suffit !

20 Février 2014

Depuis le 4 février, le service de médecine interne de l'hôpital Tenon s'est déclaré en grève, en raison du manque cruel de personnel infirmier et aide-soignant. Ce service de 50 lits accueille des patients venant des Urgences, des personnes grabataires, dépendantes, en soins palliatifs ou atteints de drépanocytose, une maladie génétique qui touche le sang. 16 infirmières et 20 aides-soignants y assurent les soins, soit le personnel minimum requis par la direction toute l'année. Mais depuis quelque temps le mécontentement s'est amplifié : en effet, le service devant déménager dans un autre bâtiment de l'hôpital, la direction avait prévu de supprimer encore un poste d'aide-soignant.

La moitié du service se déclare gréviste. La principale revendication est l'obtention de personnel infirmier et aide-soignant pour éviter de devoir faire appel constamment à des remplaçants internes à l'hôpital ou intérimaires. On ne peut fonctionner ainsi de manière permanente.

Depuis le 4 février, les participants au mouvement mènent des actions d'information et de propagande pour imposer l'embauche de personnel. Des campagnes d'affichage ont été faites dans l'hôpital, pour informer et inciter à venir grossir le mouvement de colère, ainsi que des diffusions de tracts sur le marché, avec collecte de soutien pour pallier aux retraits de salaire, et des communiqués de presse.

Un tract a été distribué au service de médecine interne de l'hôpital Saint-Antoine pour l'appeler à rejoindre le mouvement, de même qu'une petite manifestation a été organisée à l'intérieur de l'hôpital et une assemblée générale le 13 février.

Pour l'instant, la direction a reculé sur la suppression du poste d'aide-soignant mais n'a proposé que des solutions provisoires insatisfaisantes.

Correspondant LO