Sociaux-démocrates ou « socialistes » : prêts à se sacrifier pour la bourgeoisie

29 Mai 2013

En Allemagne, la politique, désastreuse pour les travailleurs, du social-démocrate Schröder a été sanctionnée aux élections par une chute dont son parti, le SPD, ne s'est toujours pas remis.

En 2005, alors que le SPD venait de subir des échecs électoraux à l'échelle régionale, Schröder avait choisi d'avancer d'un an les élections législatives. Schröder dut alors quitter le pouvoir mais son parti, le SPD, resta cinq ans de plus au gouvernement, comme partenaire du principal parti de droite, sous la houlette d'Angela Merkel. Celle-ci fit passer le taux de TVA de 16 à 19 %, en bonne intelligence avec son ministre des Finances qui appartenait au SPD.

En 2009, le SPD dut céder la place à un gouvernement formé par les deux partis de droite. Il n'avait alors recueilli que 23 % des voix, contre 40,9 % lorsque Schröder était arrivé au pouvoir en 1998 ! En onze ans de participation gouvernementale – sept ans avec les Verts puis quatre ans avec la droite – le SPD s'était discrédité par sa politique contre les classes populaires, allant jusqu'à enregistrer son plus mauvais score depuis... 1893.

De la même façon qu'en Allemagne, et vu l'aggravation de la crise du capitalisme, le PS en France est prêt à sacrifier son propre avenir pour sauver les intérêts de la bourgeoisie.

J. S.