Racisme : une agression intolérable

29 Mai 2013

Dans un petit village du Périgord, un travailleur de l'Essonne d'origine sénégalaise, Ibrahima Dia, passait ses congés. Le 7 mai il a été agressé par trois hommes qui ne supportaient pas sa présence. « Qu'est-ce que tu fais là ? Retourne chez toi dans ton département de merde. » « Sale nègre, sale bougnoule, pédé... on t'avait dit de rentrer chez toi. ». Telles furent les insultes proférées à son encontre avant qu'il soit agressé. Ibrahima Dia a dû recevoir des soins à l'hôpital, où une incapacité totale de travail de trois jours lui a été reconnue.

Les trois hommes ont été identifiés, interpellés et placés en garde à vue. Ils sont poursuivis en justice pour violences « en réunion et avec injures publiques envers un particulier en raison de son origine ». Sur les conseils de l'avocat qu'il a sollicité, le député du Front national Gilbert Collard, le principal protagoniste se défend aujourd'hui d'être raciste mais, visiblement aussi bête que brute, il en rajoute en déclarant qu'il aurait été énervé par cet homme « de couleur », qui se prélassait près de chez lui dans une voiture « immatriculée dans le 91 ».

Si cette affaire a été rendue publique, c'est qu'un comité de soutien s'est mis en place dans le département de l'Essonne où vit Ibrahima Dia, ainsi que dans la commune de Sarlat en Dordogne ; c'est qu'Ibrahima Dia est un militant syndical et politique, membre du NPA ; c'est que lui et ses camarades ont informé la presse et sollicité la Ligue des droits de l'homme qui se porte partie civile.

Ces individus aux idées réactionnaires et racistes, qui passent aujourd'hui allégrement des insultes aux coups, doivent savoir que ni leurs idées ni leurs actes ne peuvent être tolérés.

Georges LATTIER