Politique antiouvrière : Hollande a ses références

29 Mai 2013
Invité à Leipzig à la cérémonie anniversaire des 150 ans du Parti social-démocrate allemand (SPD), Hollande a vanté les « choix courageux » de Gerhard Schröder, ancien dirigeant de ce parti et chef du gouvernement allemand entre 1998 et 2005. Le modèle mis en place par Gerhard Schröder est caractérisé par la remise en cause des droits des travailleurs. D'ailleurs, en janvier 2012, Sarkozy s'y était référé, qualifiant Schröder « d'homme de grande qualité ».

Schröder avait commencé sa carrière politique dans l'appareil du SPD en Basse-Saxe, où se situe le siège social de l'entreprise de construction automobile Volkswagen. Il avait noué des relations utiles, notamment avec le directeur du personnel de la firme, Peter Hartz. En 2003, Schröder étant alors chancelier fédéral, Hartz s'était vu confier une commission chargée de préparer une série de quatre lois qui allaient porter son nom. La première obligeait les chômeurs à accepter un emploi, y compris pour un salaire inférieur à l'indemnité de chômage. La deuxième instituait des petits boulots à moins de 400 euros par mois. La troisième renforçait les contrôles des chômeurs et limitait la durée d'indemnisation. La quatrième (Hartz IV), la plus tristement célèbre, a pour conséquence qu'aujourd'hui un grand nombre de chômeurs en sont réduits à toucher une indemnité de 382 euros par mois pour une personne seule, ou de 345 euros pour chaque membre d'un couple, au lieu d'une indemnité qui représentait 57 % du dernier salaire.

Parallèlement, le gouvernement Schröder a augmenté les cotisations à l'assurance maladie tout en diminuant les prestations. Quant aux retraites, leur montant a été réduit, les cotisations ont été augmentées, tandis que l'âge légal de départ en retraite est passé de 63 à 65 ans, avec un allongement prévu jusqu'à 67 ans en 2017.

Au bilan, la proportion de travailleurs pauvres en Allemagne a augmenté d'au moins 20 % entre 2006 et 2010. Voilà ce qui constitue pour Hollande un exemple à suivre. Cela ne signifie pas forcément que Hollande envisage pour la France un copier-coller des attaques menées par Schröder, mais l'orientation antiouvrière est claire.

Des commentateurs se sont demandés s'il s'agirait d'un tournant dans la politique de Hollande. En réalité, il ne fait que préciser la voie dans laquelle il s'est engagé dès son élection. Des cadeaux faits au patronat à la loi qui lui permet d'imposer davantage de flexibilité aux salariés, Hollande a fait du Schröder – ou du Sarkozy – sans le proclamer. Quand Hollande cherche une référence parmi des prédécesseurs qui se sont illustrés par une politique antiouvrière, il ne fait que retirer le fard qui lui avait servi le temps d'une élection.

Jean SANDAY