Famar – Orléans : les travailleurs ne sont pas flexibles à volonté

29 Mai 2013

Après le regroupement, au début de l'année, des deux usines Famar d'Orléans sur le site de La Source, qui s'était accompagné de plus d'une centaine de licenciements, près de 800 travailleurs sont aujourd'hui concernés par de nouvelles attaques, baptisées par la direction « projet d'harmonisation des deux sites ».

La direction veut imposer aux travailleurs de l'usine la flexibilité en fonction de la production. Elle veut décider que le travail commence le matin à 5 heures ou 6 heures en fonction de la charge de travail, et prévenir seulement une à deux semaines à l'avance les travailleurs qui passeraient en équipe de nuit ou travailleraient le samedi. Dans le même temps, elle prévoit de s'attaquer aux salaires, notamment par la remise en cause des primes d'équipe et de pénibilité, sous prétexte que celles-ci étaient différentes dans les deux usines.

Les discussions sur les accords collectifs se terminant le 1er juin, 320 travailleurs se sont rassemblés le 14 mai, sur les différentes équipes, lors de réunions d'information appelées par les syndicats. Tous sont unanimes pour refuser la flexibilité des horaires et les heures supplémentaires au bon vouloir du patron. Et rendez-vous a été pris pour la fin du mois, avec la certitude, pour beaucoup, qu'il faudra plus que des rassemblements pour le faire reculer.

Correspondant LO