Madagascar – mobilisation contre le pillage impérialiste

03 Avril 2013

À Madagascar, une mobilisation de la population contre la société minière QMM s'est développée ces derniers temps. Cette société, filiale à 80 % du trust anglo-australien Rio Tinto et à 20 % de l'État malgache, exploite l'ilménite, une roche contenant du bioxyde de titane servant dans la fabrication des peintures. La mine se trouve dans la région de Fort-Dauphin dans le sud-est de l'île. L'État malgache a permis à QMM de mettre la main sur les terres qu'il convoite, quand bien même cela s'est fait au détriment de la population locale. Le trust a également bénéficié des fonds de la Banque mondiale et un port en eau profonde a été creusé à Ehohala pour l'évacuation du minerai.

La population pauvre, à qui QMM avait fait miroiter des rachats de terres à un prix convenable, a été indemnisée en dessous du prix prévu. Quant aux petits pêcheurs malgaches, ils n'ont pas accès au nouveau port et se retrouvent sans revenus. Et ce ne sont pas les quelques subventions au club de football local qui rétabliront la justice.

Face à cette spoliation, la population s'est mobilisée depuis trois ans avec l'association Fagnomba. Début 2013, des manifestations ont été organisées. À la mi-mars, une quinzaine de membres de l'association Fagnomba, dont la présidente Perle Zafinandro Fourquet, ont été arrêtés, puis emprisonnés au prétexte d'avoir cambriolé un local électoral.

Voilà comment le gouvernement malgache aide les trusts à piller les richesses du pays. Et quand la population spoliée se rebelle, c'est encore ce même gouvernement qui la réprime.

EG