Médicaments : la pénurie organisée

25 Juillet 2012

L'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) vient de publier une liste de douze médicaments dont les difficultés d'approvisionnement peuvent créer un risque pour la santé publique.

Parmi les motifs de rupture d'approvisionnement, il y a l'arrêt de fabrication par le laboratoire qui estime que son médicament n'est plus assez rentable. C'est le cas d'un médicament utilisé dans le cancer du colon et du rectum. Il existe aussi des problèmes liés à la fabrication. Comme dans d'autres secteurs industriels, les laboratoires fabriquent à flux tendu, et comme 80 % des matières premières proviennent d'Asie, des problèmes de logistique ou autres se répercutent jusqu'à la pharmacie. Et puis il y a les problèmes liés aux circuits de distribution. En France les grossistes-répartiteurs distribuent les médicaments dans les pharmacies en ayant l'obligation de pouvoir assurer quinze jours de stocks sur 90 % des médicaments autorisés à la vente dans le pays. Mais certains grossistes-répartiteurs n'hésitent pas à approvisionner en priorité d'autres marchés européens où les prix des médicaments peuvent être plus élevés qu'en France, et c'est alors la rupture de stock.

L'ANSM dresse un bilan juste de la situation mais elle oublie de dire que tous ces problèmes sont finalement liés à la seule recherche du profit maximal, pour les laboratoires ou les grossistes-répartiteurs.

C. D.