Peugeot Sochaux : grave accident aux Presses

01 Février 2012

Quatre ans après l'accident du travail mortel d'un ouvrier prestataire écrasé sous une presse, un nouvel accident grave vient d'avoir lieu à l'Emboutissage. Vendredi 20 janvier, un conducteur d'installation, s'est retrouvé la tête coincée entre un poteau et la paroi de l'installation. Il souffre d'un enfoncement de la boîte crânienne.

L'accident est à mettre au compte d'une insuffisance de moyens dans les dispositifs de sécurité et de protection de la ligne. Pour l'instant, la direction a fait mettre une pancarte et fait relire une consigne de sécurité aux conducteurs d'installation. Autrement dit, elle n'a rien fait.

Bien d'autres points d'insécurité existent sur la ligne de presses, comme par exemple le basculement des outils lors des montages. Il n'existe aucun dispositif de sécurité « du type barrage immatériel » pouvant arrêter la progression d'un outil sur la ligne.

Au-delà de l'aspect technique, l'accident est à mettre sur le compte de la politique de gains de productivité. La direction réduit le personnel, développe la polyvalence, en faisant faire toujours plus de travail avec un effectif de plus en plus réduit. Elle conditionne les salariés par l'exigence de justifications permanentes pour le moindre arrêt des lignes de presses et d'objectifs quotidiens de productivité à atteindre.

C'est une politique criminelle qui met la vie des travailleurs en danger.

Correspondant LO