Pas de miracle

01 Février 2012

Le dernier chef d'État au monde à nommer un évêque est... le président de la République française ! Concordat oblige, les évêques de Metz et de Strasbourg sont en effet nommés par le président, avec l'accord de Rome.

Près de 1 500 prêtres, pasteurs, rabbins émargent de ce fait au budget de l'État, et là, pas question de ne remplacer qu'un « fonctionnaire » sur deux. La religion est toujours enseignée dans les écoles et il faut une dispense des parents pour y échapper.

Le culte musulman (plus de 109 000 personnes en Alsace-Moselle) n'a pas le statut de culte reconnu. Quant à supprimer le fait que les fonds publics financent des religions, la gauche ne touchera pas à cette survivance réactionnaire. La laïcité peut toujours attendre.

EH