Sodimédical -- Plancy-l'Abbaye (Aube) : suppression de la mutuelle complémentaire - Lohmann & Rauscher ajoute l'ignoble à l'odieux

20 Janvier 2012

Dans une lettre ouverte, les 52 salariés de Plancy, en lutte depuis vingt et un mois contre la liquidation de leur entreprise, Sodimédical, viennent de dénoncer la dernière ignominie du groupe Lohmann et Rauscher : la suppression de leur mutuelle complémentaire, à la suite du non-versement des 2 600 euros du troisième trimestre 2012. Pourtant cette complémentaire santé est une obligation qui figure dans leur contrat de travail.

Depuis ce début d'année, ils n'ont plus d'autre choix pour continuer à avoir une couverture santé que de cotiser individuellement alors qu'ils sont déjà privés de salaire depuis quatre mois. Ce chantage, la direction en mesure parfaitement les conséquences pour toutes les familles, notamment pour les deux salariées ayant de très graves problèmes de santé et une autre qui doit subir incessamment une opération.

Pourtant, toutes les juridictions commerciales, civiles et prud'homales de Troyes et Reims ont mainte fois condamné ce groupe à rétablir les salaires. Mais L&R a usé d'une procédure dite de sauvegarde pour obtenir du tribunal de commerce d'Épinal de geler ses dettes.

Ces laboratoires peuvent donc continuer de répondre aux appels d'offre des hôpitaux, cliniques, pharmacies et laboratoires pour commercialiser du matériel médical. Y compris les kits et champs opératoires qui étaient fabriqués à Plancy et qui maintenant le sont en Chine. Ce qu'il ne pourrait plus faire si la branche française était mise en liquidation judiciaire.

Ce groupe austro-allemand peut donc continuer à prospérer à l'échelle du monde, avec une réserve de 134 millions d'euros, à accumuler des profits (16 millions en 2010) pour du matériel payé notamment grâce aux cotisations sociales et mutuelles, et à exploiter 3 300 salariés, tout en osant réclamer la liquidation judiciaire de l'usine Sodimédical pour raisons économiques !

Sans paie depuis quatre mois et maintenant sans couverture santé, les 52 salariés de Plancy attendaient avec anxiété et révolte le jugement du tribunal des prud'hommes de Troyes, prévu le mercredi 18 janvier. Même si le feuilleton judiciaire n'est pas terminé, puisqu'il a contesté les jugements en cour de cassation. L&R doit payer les salaires !

Correspondant LO