Dammann - Orgeval (Yvelines) : le patron déménage et empoche les subventions

13 Juillet 2011

Une trentaine d'ouvriers sur les quatre-vingts de Dammann Frères, entreprise d'import-export de thé de luxe à Orgeval, près de Poissy dans les Yvelines, ont fait trois jours de grève pour protester contre le déménagement de l'entreprise à Dreux, en Eure-et-Loir, pour la rentrée prochaine.

Pour ceux qui habitent la région de Poissy, Dreux est à 70 km et, quel que soit l'itinéraire choisi, il est plutôt long, embouteillé et compliqué. Et ce n'est pas plus simple pour ceux qui habitent le long de la vallée de la Seine, jusqu'à Mantes ou au-delà. Sans parler des frais de déplacement, le déménagement est un réel problème. Les propositions de la direction (100 euros net par mois pendant deux ans et, au choix, prêt pendant trois ans d'une Twingo neuve, rachetable ensuite, ou 6 000 euros sur trois ans) ont été reçues par beaucoup comme une provocation.

Et ce d'autant plus que l'expert nommé par le comité d'entreprise a relevé que l'opération« constitue une très bonne affaire sur le plan financier » et que « la cession du site d'Orgeval procurera une plus-value importante à Dammann ». Ensuite, à Dreux, Dammann a choisi de louer dans l'ancien site de Philips, placé en zone franche, qui donne donc droit à d'importantes exonérations de cotisations sociales et d'impôts. La municipalité d'Orgeval, dépitée de voir Dammann quitter la ville, a fait savoir que l'entreprise qui est loin d'être nécessiteuse a obtenu des aides locales et régionales conséquentes pour son installation en Eure-et-Loir.

Aussi les salariés réclament 1 500 euros net de salaire pour ceux qui iront à Dreux, et 15 000 euros de dédommagement et une indemnité de 1 500 euros par année d'ancienneté pour ceux qui ne suivront pas.

Correspondant LO

Lutte OUVRIÈRE