Secours bancaire ou secours populaire... : l'Union européenne a choisi !

29 Juin 2011

L'Union européenne a décidé de réduire de 500 à 113 millions d'euros l'allocation qu'elle versait au PEAD, programme européen d'aide aux plus démunis, qui subventionne en France de façon importante les Restos du coeur, le Secours populaire français, la Croix-Rouge, les banques alimentaires. Par exemple, de ce fait, la subvention du Secours populaire passerait de 22 à 4,5 millions d'euros et l'association annonce qu'elle ne pourra plus apporter d'aide alimentaire qu'à 800 000 personnes sur le 1,3 million qu'elle aide actuellement.

À l'origine, ce programme redistribuait une partie des stocks de produits agricoles non consommés rachetés par l'Union européenne pour en soutenir les cours, et donc les agriculteurs européens. Puis ces stocks ont diminué et l'Union européenne a dans un premier temps compensé, alimentant ce fonds par d'autres financements. Cette année, elle a donc décidé de les réduire drastiquement. Comparé aux milliards dépensés par l'Union européenne pour les banquiers, que ce soit sous forme d'aides directes ou de prêts aux États endettés auprès de ces mêmes banquiers repus, cette décision est révoltante. Mais elle est significative des choix des gouvernements de cette prétendue Union européenne.

Stéphane FORT