Innovation : 400 millions d'aides aux patrons

29 Juin 2011

Le gouvernement a annoncé vendredi 24 juin le lancement d'un Fonds national d'amorçage doté de 400 millions d'euros et destiné aux « jeunes entreprises innovantes ». C'est une manière pas nouvelle de subventionner les patrons et les actionnaires, et pas seulement dans les secteurs de la santé, de l'alimentation, des communications ou des nanotechnologies qui sont mis en avant par le communiqué officiel.

Ce Fonds d'amorçage sera géré par CDC Entreprises, une filiale de la Caisse des dépôts, organisme public alimenté par des fonds publics mais qui fonctionne pour le profit par ses nombreuses filiales relevant du secteur privé. Hypocritement CDC Entreprises ne soutiendra directement aucune entreprise : il se contentera d'alimenter quinze à vingt fonds chargés de le faire et qui, eux, seront gérés « par des équipes professionnelles ». Le secteur financier sera donc présent dès le départ.

La création de ce fonds répond sans doute aux revendications de ces jeunes entreprises dites innovantes, qui depuis 2004 étaient exonérées de cotisations patronales à la Sécurité sociale. Cette exonération, qui en 2006 a représenté 87 millions d'euros, était prévue pour huit ans et devrait donc prendre fin l'an prochain pour celles lancées en 2004. De plus, fin 2010, cette exonération avait été quelque peu rognée dans le cadre de la chasse aux niches fiscales. Elle avait été plafonnée et rendue dégressive au-delà de quatre ans. Les 400 millions annoncés pour ces fonds compenseront maintenant largement ces réductions des exonérations.

Ce n'est certes qu'une annonce de la part du gouvernement. Mais autant les promesses qu'il lance en direction des couches populaires en restent à chaque fois aux effets d'annonce, autant les amorces lancées aux patrons de tous acabits prennent à coup sûr effet.

Vincent GELAS