Baisse du nombre de fonctionnaires : des économies minables au détriment de l'emploi et des services publics

29 Juin 2011

Le ministre du Budget François Baroin a annoncé le 26 juin qu'il prévoyait de supprimer 30 400 postes de fonctionnaires l'an prochain, nombre comparable à celui des années précédentes.

Cela permettra au gouvernement de diminuer les dépenses consacrées aux salaires de près de 250 millions d'euros sur l'année, a-t-il ajouté.

Georges Tron, avant qu'il n'ait été contraint de démissionner de son secrétariat d'État à la Fonction publique, avait, lui, calculé que l'économie réalisée l'an dernier était aux environs de 100 millions d'euros, compte tenu surtout de la nécessité de recourir aux heures supplémentaires dans l'Éducation nationale pour pallier le manque d'enseignants.

250 millions d'euros économisés sur un an selon Baroin, ce chiffre est à comparer par exemple avec les trois milliards de manque à gagner pendant la même période à cause de la baisse de la TVA accordée aux restaurateurs. Le calcul est simple : s'il n'y avait pas eu ce cadeau aux patrons des cafés-restaurants (qui n'ont que peu répercuté cette baisse sur les consommations ou par des embauches), on aurait donc pu garder le même nombre de fonctionnaires pendant douze ans ! Cela aurait créé des emplois, en embauchant pour remplacer tous ceux partant à la retraite et non pas un sur deux, et les services publics s'en porteraient mieux, ce qui aurait bénéficié à l'ensemble de la collectivité.

Marianne LAMIRAL