Martinique : 5 300 emplois menacés

31 Décembre 2010

En Martinique, où le taux du chômage est officiellement de plus de 20 %, et certainement bien plus élevé dans la réalité, le gouvernement menace de supprimer 5 300 emplois. Il s'agit de contrats aidés à durée déterminée de type CAE (contrat d'accompagnement à l'emploi).

Les bénéficiaires sont en grande majorité des femmes embauchées par des associations d'aide aux handicapés ou aux personnes âgées par exemple, mais aussi dans des établissements publics, comme l'Education nationale.

Une instruction de la Délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle, datant du 7 octobre, demande aux préfets de Région et à Pôle emploi de diminuer immédiatement le nombre de « prescriptions de CAE », qui ne doivent pas dépasser 400 000 à l'échelle nationale pour l'année 2010.

En Martinique comme dans d'autres départements, le préfet saucissonne ces CAE en contrats de 6, 8 ou 12 mois, alors que ce type de contrats devrait pouvoir être souscrit pour 24 mois. Ainsi, une association explique : « Sur la foi de l'engagement de l'État prévu pour une durée de 24 mois, nous avons embauché trois personnes avec des contrats devant s'achever en 2012. en allant à Pôle emploi renouveler ces contrats tous les 8 mois. Or, nous apprenons que l'État s'est brutalement désengagé et on nous dit : mettez-les au chômage. » Pôle emploi conseille pour sa part « d'attendre janvier pour savoir ce que l'État décide ».

Un « Collectif pour l'emploi des 5 300 » s'est constitué et a déjà organisé plusieurs réunions avec les travailleurs concernés. Il a également décidé d'interpeller le président de la République et ses ministres. Mais il n'y a guère d'illusions à se faire sur les réponses que pourront donner ces gens-là qui au contraire font des coupes claires dans les budgets sociaux et disposent de l'argent public pour faire des cadeaux aux riches.

La lutte contre ces mesures iniques mais aussi pour exiger des emplois durables pour tous ne fait que commencer.

Marianne TIBUS