Appels surtaxés : Des services sociaux pas très sociaux... et hors-la-loi

18 Août 2010

5 centimes la minute pour appeler la Sécurité sociale, 11 centimes l'appel pour Pôle emploi, 7 centimes par appel puis 3 centimes la minute pour les impôts, 11 centimes l'appel puis 9 centimes la minute pour la CAF de Seine-Saint-Denis, etc. Compte tenu des longs temps d'attente et des étapes multiples (« Tapez 1, 2, 3... nous n'avons pas compris votre demande », etc.), sans compter le temps d'exposer son problème et d'obtenir une réponse, appeler un service public « social » peut coûter cher. La « loi pour la confiance dans l'économie numérique » prévoit pourtant la gratuité de ces appels depuis les fixes et les mobiles. Elle a été adoptée en 2004... mais attend toujours son décret d'application !

Interpellé par un député, le ministère des Finances a répondu que la gratuité « favorise l'augmentation du nombre des appels non pertinents, inutilement réitérés ou abusivement prolongés ». Autrement dit, les usagers - qui n'ont que cela à faire - appellent trop. Et mieux vaut les dissuader en les faisant payer ! C'est donc tout à fait délibérément que le gouvernement se refuse à appliquer la loi pourtant votée.

Michel BONDELET