Hôpital Beaujon - Clichy-la-Garenne : Économies en ligne

04 Août 2010

Il y a peu, le chef de service des urgences de l'hôpital Beaujon, le Pr Juvin, par ailleurs secrétaire de l'UMP, justifiait devant la presse un projet visant à supprimer des emplois de secrétaires médicales.

Il s'agit de sous-traiter une partie de la saisie informatique des comptes rendus, jusqu'à présent enregistrés par les médecins sur dictaphone et retranscrits par des secrétaires médicales avant d'être joints au dossier du patient. Une économie chiffrée à 60 000 euros. Ces données orales seraient transférées à un sous-traitant situé dans un pays du Maghreb, puis renvoyées, retranscrites, à Beaujon pour y recevoir une signature de médecin.

Ces consignes d'économie se font au mépris des malades, des employés, des médecins, et du bon sens. Ce projet est déjà mis en application sous une forme ou sous une autre dans certains services d'autres établissements de l'AP-HP. Il a défrayé la chronique et provoqué le mécontentement de ceux qui travaillent à l'hôpital.

Il est en effet plutôt étrange de prétendre obtenir un suivi le plus précis et le plus rapide possible d'une consultation, d'une investigation ou d'une intervention chirurgicale, en en dessaisissant la secrétaire médicale, habituée aux termes complexes, à l'élocution d'un médecin, et obligée bien souvent d'effectuer immédiatement auprès de celui-ci des vérifications ! Les secrétaires médicales jouent un rôle clé d'interface entre médecins, patients, administration.

Ce que n'a pas contesté le sarkozyste Juvin lorsqu'il a prétexté que la raison principale de ce projet était qu'« on ne trouvait plus de secrétaires médicales compétentes ». Ces propos ont surpris ceux qui savent qu'aucun concours de recrutement n'est plus organisé, et que le nombre de ces employées a été limité depuis des années, et c'est bien là le problème.

Aujourd'hui, l'AP-HP dit vouloir se centrer sur le coeur de son métier, « le soin », et cherche à externaliser toutes les tâches qu'elle considère comme annexes. C'est oublier que, pour être efficace, l'acte de soigner nécessite un suivi, assuré entre autres à travers les comptes rendus médicaux qui ne relèvent pas de l'improvisation.

Correspondant LO