Heuliez - Cerizay (Deux-Sèvres) La valse des repreneurs continue

18 Juin 2010

En juillet 2009, le cabinet de conseil BKC avait repris Heuliez pour 30 000 euros. Il licenciait au passage 400 travailleurs sur les mille d'alors, 220 autres alternant les périodes de chômage partiel avec celles de formations dans l'usine, payées par des fonds régionaux. Mais Louis Petiet, le PDG de BKC, était présenté comme le sauveur de l'emploi.

Près d'un an après, le sauveur n'a pas apporté les fonds promis, mais il a par contre bien empoché les aides directes - près de cinq millions d'euros - de la région, présidée par Ségolène Royal, et revendu (cher) ses actions à un autre homme d'affaires.

Aujourd'hui, de nouveaux repreneurs sont sur les rangs : un fonds d'investissement asiatique (Delamore), un conglomérat d'industriels franco-allemand (BGI et Con Engergy), le troisième larron étant l'homme d'affaires CH Mircher. Dans ce nouvel épisode, il n'y aurait plus que 420 travailleurs repris.

De l'argent, il y en aurait pourtant pour maintenir l'emploi et développer, sous le contrôle de la population, une production utile. Les anciens propriétaires d'Heuliez, la famille Quéveau, sont à la tête d'une fortune de près de 100 millions d'euros, une richesse créée par le travail des ouvriers. La moindre des choses serait de la mettre à contribution !

Correspondant LO