Fillon à Reims : l'éducation à coup de matraque

25 Novembre 2009

Jeudi 19 novembre, François Fillon, accompagné du ministre de l'Éducation nationale, Luc Châtel, et de la ministre de la Recherche et de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, sont venus au lycée Roosevelt à Reims promouvoir la future réforme des lycées. À cette occasion, 200 lycéens ont voulu manifester.

Les policiers, qui avaient déjà fait place nette en faisant mettre en fourrière les véhicules garés près de l'entrée du lycée, ont chargé sans sommation le cortège des lycéens. Résultat, des coups de poing, de casque, de matraque, de bouclier... la violence s'est abattue sur tous les lycéens présents, manifestants ou pas.

Douze lycéens et étudiants ont été interpellés, puis accusés d'avoir lancé des projectiles. Après 24 heures de garde à vue, ils sont passés en « comparution immédiate ». Les mineurs ont été relaxés mais ceux de dix-huit ans et plus ont été condamnés à des peines allant de trois à quatre mois de prison avec sursis. Cela alors que même le seul témoignage, celui d'un gendarme touché par un projectile, indiquait que les accusés ne pouvaient être les auteurs des faits reprochés.

Des parents, enseignants, lycéens et étudiants indignés ont décidé d'ajouter la condamnation de ces violences policières aux motifs de la manifestation du 24 novembre à Reims.

Correspondant LO