McNeil (Orléans) En lutte contre les licenciements et pour le maintien des salaires

11 Février 2009

L'entreprise pharmaceutique J&J, qui a racheté en 2007 son site d'Orléans au groupe Pfizer, annonce qu'elle revend le site désormais nommé McNeil Orléans, à Famar.

Les 170 licenciements annoncés malgré les bénéfices du groupe ne passent pas. Aussi le mardi 20 janvier nous étions quasiment tous en grève et près de 250 à être présents devant l'usine pour accueillir le patron.

La colère avait grandi à l'annonce que la direction, dans le cadre de la vente, voulait nous racheter pour 10 000 euros la prime annuelle de vacances, qui s'élève à 1 600 euros.

Face au succès de la journée, la direction a revu à la hausse le rachat de la prime de vacances de 10 000 à 18 350 euros. Cela n'a pas calmé notre méfiance et notre colère. Jeudi 5 février, alors que se tenaient de nouvelles négociations, l'équipe d'après-midi dans les ateliers a débrayé, pour rappeler à la direction qu'on est encore loin du compte et qu'on souhaite une garantie sur nos salaires, nos conditions de travail et nos emplois.

Correspondant LO