La vertu selon la Sécu

03 Décembre 2008

En 2009, l'Assurance-maladie va passer des contrats avec les médecins « vertueux ». Mais n'allez rien imaginer, les « vertus » en question sont de celles qui permettent à la Caisse nationale de faire... des économies !

La première vertu serait de prescrire des médicaments au moindre coût : 90 % de génériques pour les antibiotiques, 80 % pour les antidépresseurs, 65 % pour les antihypertenseurs, etc. La deuxième consisterait à améliorer la prévention (vaccination contre la grippe, dépistage du cancer du sein...) et la troisième à améliorer le suivi des malades atteints de diabète, d'hypertension et d'asthme.

Ces vertus seraient codifiées et répertoriées afin de mesurer le « taux d'effort » des médecins et de calculer le montant de la prime à verser : 5 000 euros pour les parangons de « vertu », un peu moins pour les autres.

L'Assurance-maladie envisage 5 000 contrats de ce type pour 2009. Cette usine à gaz coûterait donc - nous coûterait, car c'est l'argent de nos cotisations - 25 millions d'euros. Dans le même temps elle espère réaliser 220 millions d'économies sur les médicaments et... 70 millions sur les indemnités journalières ! Et voilà l'ultime vertu : la chasse à l'arrêt-maladie !

Sophie GARGAN