Le nouveau traité européen doit être soumis à référendum

30 Janvier 2008

Le nouveau traité européen - dit traité de Lisbonne - vient d'être approuvé par les dirigeants européens, après que le projet constitutionnel a été refusé majoritairement par les électeurs français et néerlandais lors des référendums de mai et juin 2005.

Cette année le gouvernement français ne veut pas prendre le risque d'un nouvel échec. Il a donc décidé de contourner les risques d'une consultation démocratique. Mais pour pouvoir annuler les résultats du référendum de 2005 sans organiser un autre référendum, le gouvernement doit obtenir des députés et sénateurs, réunis dans un Congrès des parlementaires, une réforme de la Constitution ; si deux cinquièmes des députés et sénateurs se prononçaient contre cette réforme de la Constitution, le gouvernement devrait organiser un référendum.

C'est le 4 février que ce Congrès se tiendra. Depuis plusieurs mois divers partis, organisations et associations ont pris des initiatives (pétitions, réunions publiques, etc.) pour tenter d'obtenir le minimum de démocratie qui voudrait que les électeurs se prononcent à nouveau sur ce nouveau traité, qui ressemble comme un frère jumeau au projet constitutionnel qui a été repoussé.

Lutte Ouvrière s'est associée à ces initiatives et appelle tous ceux qui veulent marquer leur opposition à la décision du gouvernement de passer en force, pour imposer ce traité, à participer au rassemblement qui aura lieu

Samedi 2 février à partir de 14 h 30

Halle Carpentier Paris 13e

81 boulevard Masséna (Métro : porte d'Ivry)

Arlette Laguiller y prendra la parole ainsi que de nombreux intervenants représentants de partis politiques (PCF, LCR, MRC, PRS etc.) ou associations (Collectifs du 29 mai, ATTAC, les Alternatifs, etc.)

Par ailleurs, Lutte Ouvrière soutient l'initiative de plusieurs de ces organisations qui organisent un rassemblement qui aura lieu à Versailles le 4 février, jour du vote du Congrès des parlementaires et qui commencera à 13 heures et se déroulera tout l'après-midi, Place du Marché-aux-Fleurs (par les gares Versailles-Rive gauche ou Versailles-Rive droite)