Police de proximité - Volte-face !

18 Janvier 2008

Michèle Alliot-Marie, ministre de l'Intérieur, a présenté un " Plan Sécurité ". Il s'agit en fait de rétablir la " police de proximité ", supprimée par Sarkozy alors qu'il était ministre de l'Intérieur de Raffarin. Mais comme le dire serait reconnaître que l'idée de sa suppression n'était pas bonne, tous les ministres concernés se livrent à des contorsions verbales pour expliquer que ce n'est pas la même chose.

Une première expérimentation sera mise en oeuvre dans quelques communes de Seine-Saint-Denis (quartier des Francs-Moisins à Saint-Denis, des Bosquets à Clichy-sous-Bois, des 4 000 à La Courneuve), expérimentation très limitée puisque seulement trente policiers seront affectés à cette expérience.

En 2002, Sarkozy avait supprimé la police de proximité qui en principe, en étant plus proche de la population, devait éviter les bavures et atténuer les tensions. Le futur président de la République draguait alors l'électorat lepéniste en vantant " le tout sécuritaire ", " la tolérance zéro ", " le tout répressif ". Pour lui, l'îlotage était, déclarait-il, voué à " l'échec ", " à la faillite ".

En février 2003, Sarkozy avait encore enfoncé le clou. Il s'en était pris à des policiers d'un commisariat du Mirail, dans la banlieue de Toulouse, coupables d'avoir renoué le contact avec des jeunes, en organisant entre autres des tournois de rugby. " Vous n'êtes pas des travailleurs sociaux ", leur avait-il sèchement répliqué.

Une fois élu, les problèmes dans les quartiers et les banlieues défavorisées n'ont pas diminué, au contraire. On l'a encore vu lors des violents incidents de Villiers-le-Bel ou du quartier du Vert-Bois à Saint-Dizier.

Des policiers connaissant les habitants et connus par eux, s'efforçant de se faire admettre par eux et par les jeunes des quartiers, seraient plus efficaces pour régler les problèmes, désamorcer des conflits avant qu'ils se transforment en affrontements, qu'une escouade de CRS musclés. Faire du chiffre, jouer de la matraque et du flash-ball n'a rien changé à la situation des quartiers et n'a nullement fait reculer les chiffres de la délinquance. C'était prévisible. De l'aveu même du préfet de la Seine-Saint-Denis, la situation s'est encore dégradée dans ce département.

Reste que ce n'est pas le rétablissement, très limité, d'une police de proximité qui suffira à résoudre les problèmes. Il existe de véritables zones d'exclusion sociale en France. La misère et la pauvreté s'y développent. Le chômage peut toucher jusqu'à 40, voire 50 % des plus jeunes. La dégradation des services publics y est catastrophique, les moyens consacrés à l'éducation très inférieurs à ce qu'ils devraient être. C'est tout cela, cette longue dégradation des conditions de vie et de travail des jeunes des quartiers populaires, le manque de perspectives et d'espoir, qui crée les problèmes, les difficultés et nourrit la délinquance.

Pour inverser cette situation, il faudrait viser à une réelle intégration de la jeunesse des quartiers populaires, en investissant à la hauteur des besoins dans le système scolaire, en créant des emplois publics utiles (ce ne sont pas les besoins qui manquent) qui permettraient de mettre fin au chômage qui frappe les quartiers les plus déshérités. Ni Alliot-Marie ni le reste du gouvernement ne proposent les moyens d'y parvenir.

Stéphane HENIN