Il y a 90 ans, le 7 novembre 1917, les ouvriers prenaient le pouvoir en Russie

09 Novembre 2007

Le 7 novembre 1917, le 25 octobre selon le calendrier en vigueur dans l'ancienne Russie, alors que l'Europe, pour la quatrième année consécutive était plongée dans les horreurs de la Première Guerre mondiale, les délégués des ouvriers, des soldats et des paysans russes, réunis en congrès à Pétrograd, prenaient le pouvoir : le premier État ouvrier était né. Une période nouvelle s'ouvrait, pleine d'espoir pour les masses opprimées de toute la Russie et du monde entier.

Telle n'est certes pas la façon de voir des historiens ou journalistes bourgeois actuellement. Pour une bonne partie d'entre eux, elle n'aurait été qu'un putsch fait par les seuls bolcheviks. Le « totalitarisme » du régime mis en place par Lénine expliquerait la dictature de Staline qui s'imposa plus tard.

Qu'en mars (février) 1917, les ouvriers russes et les paysans, massivement enrôlés dans l'armée, soient parvenus à abattre la dictature la plus réactionnaire d'Europe, le tsarisme, ces intellectuels défenseurs de l'ordre bourgeois seraient prêts à le voir d'un bon oeil. Mais que ces mêmes classes pauvres aient voulu bien plus et que, contrairement à bien des révolutions du passé, les ouvriers n'aient pas laissé les politiciens bourgeois s'installer seuls dans les fauteuils du pouvoir, que ces ouvriers n'aient pas remis leur sort entre les mains du seul gouvernement bourgeois, qu'ils aient en un mot construit leur propre pouvoir, suscite encore leur indignation, quatre-vingt-dix ans plus tard. Les ouvriers en armes, voilà ce qui est à leurs yeux du totalitarisme.

Mais justement, la force de cette révolution, ce fut de ne pas s'arrêter en chemin.

L'aboutissement de huit mois de révolution

Au lendemain des journées de mars (février) 1917, les députés bourgeois de la Douma, un parlement créé du temps du tsar, et les partisans du régime tsariste avaient formé un gouvernement « provisoire ». Mais au même moment les ouvriers s'étaient, de leur côté, organisés dans des conseils (soviets en russe). Composés de délégués ouvriers élus et révocables, ils étaient bien plus démocratiques que des parlements bourgeois. Et surtout, ils constituaient des formes de pouvoir au travers desquels la population pouvait imposer directement sa volonté.

Lénine voyait déjà alors, en ces soviets, les futurs organes du pouvoir ouvrier. Dans sa première Lettre de loin, le 7 mars, Lénine écrivait : « À côté de ce gouvernement (le gouvernement provisoire) qui n'est au fond qu'un simple commis de la "firme" de milliardaires "Angleterre-France" dans la guerre actuelle, a surgi un gouvernement ouvrier, le gouvernement principal, non officiel, encore embryonnaire, relativement faible, qui représente les intérêts du prolétariat et de toutes les couches pauvres de la population des villes et des campagnes. C'est le soviet des députés ouvriers de Pétrograd, qui cherche des liaisons avec les soldats et les paysans. »

En mars 1917, dans l'enthousiasme de la victoire sur le tsarisme, dominait encore l'illusion que soutenir le gouvernement provisoire serait le meilleur garant des acquis révolutionnaires. Mais au cours du printemps et de l'été 1917, les illusions allaient progressivement tomber.

Le rôle du Parti Bolchevique et le programme révolutionnaire de Lénine

Si les socialistes de l'époque, mencheviks et socialistes-révolutionnaires, qui étaient au début majoritaires dans les soviets, contribuaient à renforcer ces illusions, il y avait un autre parti qui défendait la nécessité absolue pour le prolétariat de prendre le pouvoir : le Parti Bolchevique.

Après une période de flottement en son sein au début de la révolution, dès le retour d'émigration de Lénine, en avril 1917, il fit sien le mot d'ordre : « Tout le pouvoir aux soviets ».

Au départ, les bolcheviks étaient minoritaires dans les soviets. Mais les masses firent vite l'expérience de ce que valaient les promesses des autres partis et du gouvernement bourgeois.

Les travailleurs réclamaient du pain, mais ce gouvernement se montrait incapable de conjurer la catastrophe parce qu'il se refusait à prendre des mesures radicales contre les spéculations de la bourgeoisie. Les paysans voulaient la terre, mais on leur demandait d'attendre et, lorsqu'ils voulaient s'emparer eux-mêmes des terres qu'ils cultivaient, ils étaient durement réprimés. Les soldats réclamaient la paix, mais le gouvernement dirigé par un socialiste, Kérensky, se lançait dans une offensive en juin.

Si Lénine défendait la nécessité absolue pour le prolétariat de prendre le pouvoir, ce n'est pas parce qu'il ignorait que la classe ouvrière était minoritaire en Russie par rapport à l'immense masse des paysans. Il savait que, seule de toutes les forces sociales et politiques en présence, elle était capable d'assurer les tâches mises à l'ordre du jour par la révolution : la paix, le pain, la terre.

L'insurrection à l'ordre du jour

La politique des bolcheviks attirait l'hostilité farouche des dirigeants de l'armée et de la bourgeoisie, mais aussi des politiciens libéraux ou socialistes réformistes. Le journal le Times de Londres titrait à l'époque : « Le remède contre le bolchevisme, ce sont les balles ».

En juillet 1917, profitant d'une journée de manifestations dans la capitale, les tenants de l'ordre bourgeois essayèrent de mettre le Parti Bolchevique hors-la-loi. Lénine dut se réfugier en Finlande et Trotsky, l'autre principal dirigeant du Parti Bolchevique fut jeté en prison. Mais la répression ne réussit pas à briser la montée révolutionnaire. Après une courte période de découragement, celle-ci reprit. Les ouvriers de Pétrograd, organisés par les bolcheviks, firent échec à une tentative de coup d'État militaire du général Kornilov.

Ces mois d'expériences révolutionnaires avaient consolidé la conscience des travailleurs et renforcé leur détermination. Cela se traduisit par des succès des bolcheviks à presque toutes les élections, car l'une des grandes différences entre les soviets et les assemblées parlementaires bourgeoises, c'est que leurs députés n'étaient pas élus pour cinq ou six ans, mais pouvaient être remplacés quand la politique qu'ils défendaient n'avait plus l'approbation de leurs mandants. En particulier, dès le début du mois de septembre, la direction du soviet de Petrograd passa aux bolcheviks, ainsi que celle du soviet de Moscou peu après.

La situation permettait que le pouvoir passe aux mains des soviets. L'insurrection armée était à l'ordre du jour. Elle fut déclenchée dans la nuit du 6 au 7 novembre 1917. La prise des bâtiments où s'était retranché ce qui restait du gouvernement discrédité fut, sur le plan militaire, réalisé par un nombre réduit d'ouvriers et de soldats révolutionnaires. Mais pour autant, cela ne ressembla en rien au coup de force d'une minorité. Car dans le pays l'immense majorité des travailleurs et des soldats avaient compris la nécessité de l'insurrection. Et ils la soutenaient, faute de quoi la révolution n'aurait jamais pu consolider son pouvoir.

Les premières mesures du pouvoir soviétique

Le premier des décrets du nouveau pouvoir révolutionnaire concernait la paix. Il proposait à tous les gouvernements une paix immédiate et sans annexion. Mais c'est aux peuples qu'il en appelait pour imposer cette paix.

Le deuxième décret concernait la terre : l'expropriation sans indemnité des biens des propriétaires fonciers et des domaines de l'Église. Les paysans étaient appelés à appliquer la mesure et à en décider des modalités : les soviets de paysans étaient incités à organiser eux-mêmes le partage des terres expropriées qui leur étaient confiées.

Le pouvoir des soviets ne nationalisa pas les entreprises industrielles et commerciales au début. Mais il les soumit au contrôle des travailleurs.

La force de ce nouveau pouvoir, en un mot, était de répondre aux aspirations de dizaines de millions d'hommes en transformant en acte leur volonté de changer leur sort.

Le 7 novembre 1917, la Russie était devenue le premier bastion d'une révolution qui allait ébranler le monde.

Aline RETESSE