France-Telecom : Travailleurs, hauts cadres et gros actionnaires

16 Août 2007

Chacun des 100 000 salariés de France Télécom touchera un nombre d'actions variant de 60 à 200 suivant sa place dans la hiérarchie (ce qui représente un montant de 1 200 à 4 000 euros), le total ne représentant que 0,39 % du capital de France Télécom. Rien de comparable avec un plan de distribution de stock-options destiné au maximum à 1 200 cadres dirigeants. D'un côté, 1 200 bénéficiaires qui représentent 0,42 % du capital et, de l'autre, 100 000 qui en représentent 0,39 %.

Au total, après toutes les offres présentées comme alléchantes faites aux salariés depuis dix ans, ceux-ci « possèdent » à peine 4 % du capital de l'entreprise (3,64 % au 31 décembre dernier) alors que l'État, qui vient de vendre une nouvelle part de ses actions, en détient désormais 27,4 % et les actionnaires privés près de 70 %.

L'ancien service public France Télécom est ainsi aux mains de capitalistes de la banque, des assurances et autres fonds d'investissements, dont les intérêts dictent les suppressions d'emplois et des salaires le plus bas possible.