Vénissieux Saint-Priest (Rhône) : du stress au travail juqu'au suicide.

13 Avril 2007

Isabelle Beal, employée de l'entreprise de restauration Sodexho, s'est suicidée fin février. Elle travaillait au restaurant de l'établissement tertiaire de Renault Trucks à Saint-Priest. Chef de groupe, elle subissait la pression de sa direction pour assumer des objectifs inatteignables en raison du manque de personnel.

Une marche " contre la souffrance au travail " a été organisée le 4 avril par son compagnon, sa famille et l'UD CGT du Rhône. Isabelle avait laissé un message pour ses proches : " Pardonnez-moi, je ne suis plus assez forte. Trop de pression. Travail. ". D'après son compagnon, Isabelle parlait souvent de ses problèmes au travail, des contraintes d'effectifs, d'horaires, de son dégoût et de sa fatigue de devoir vivre des relations hiérarchiques difficiles et conflictuelles. Elle pensait être assez forte pour supporter cette situation, mais la pression a été trop grande.

Les travailleurs rencontrent de plus en plus, dans bien des entreprises, ce genre de pressions pour en faire toujours plus avec des effectifs en baisse, des horaires contraignants, des contrats précaires et sous-payés. Cela n'existe pas que dans les services comme la restauration ou le nettoyage, mais aussi dans des entreprises comme Renault Trucks, en production, dans les ateliers et les bureaux.

La course effrénée au profit, sous la pression des actionnaires des grands groupes, entraîne plus de stress, plus de maladies professionnelles, plus d'accidents du travail, et même, dans la période actuelle, plus de suicides. Au point que le Conseil économique et social lui-même estime qu'un suicide par jour serait directement lié au travail.

Comme le disait le compagnon d'Isabelle (qui a eu à défendre des collègues des Hospices civils de Lyon et a lui-même subi des pressions) lors de sa prise de parole devant les portes de Renault Trucks : " Nous sommes tous concernés. Refusez la dictature des entreprises et sa déshumanisation, et surtout ne soyez jamais indifférents à l'injustice. "

Correspondant Lutte Ouvrière