Parachute doré pour le PDG d'Airbus.

13 Avril 2007

Il a fallu des mois pour qu'on apprenne ce que l'ancien coprésident d'EADS et ex-PDG d'Airbus, Noël Forgeard, a empoché lors de son départ, en juillet 2006 : 8,4 millions d'euros.

Cette somme choquante, au moment où Airbus veut priver de leur emploi 10 000 de ses salariés en Europe, représente environ ce que touchent 700 smicards en toute une année de travail ! Mais ce n'est pas tout. À l'époque, Forgeard avait aussi touché un bonus de 2,5 millions d'euros. En effet, juste avant d'annoncer des retards de livraison de l'A-380 dus à leurs seules erreurs de gestion, les dirigeants d'Airbus avaient vendu leurs stock-options, empochant ainsi de grosses plus-values.

10 000 salariés d'Airbus sont mis à la porte (sans compter ceux des sous-traitants dont personne ne parle jamais), mais plus de 10 millions d'euros vont à l'ex-PDG et les actionnaires vont décider, le 4 mai prochain, combien ils s'octroyeront de dividendes ! Car, malgré les pénalités pour retard versées par Airbus, EADS fait des profits : 99 millions d'euros en 2006. Et EADS en a accumulé bien plus encore ces dernières années. Avec 4,2 milliards d'euros en caisse, sa trésorerie est telle que ses principaux actionnaires privés, Lagardère et DaimlerChrysler, disent même ne pas avoir besoin de nouveaux investisseurs !

Pierre LAFFITTE