L'affaire des marins britanniques : des troupes qui n'ont rien à faire là.

13 Avril 2007

Les quinze marins de l'armée britannique tombés entre les mains des " gardiens de la Révolution " iraniens le 23 mars ont été finalement relâchés par l'Iran le 4 avril, après treize jours de détention.

Selon Téhéran, les deux canots des marins britanniques se trouvaient dans les eaux territoriales iraniennes. Selon Londres, ils se trouvaient dans les eaux irakiennes. La tension avait monté lorsque la seule femme du groupe de marins avait été montrée à la télévision, la chevelure recouverte d'un voile noir, confirmant la version iranienne et demandant le départ des troupes anglaises d'Irak. Mais, depuis leur libération, les soldats britanniques se sont plutôt alignés sur leur gouvernement.

Dans cette affaire, les dirigeants iraniens entendaient évidemment montrer qu'ils peuvent intercepter des soldats anglais près de leur territoire, exactement comme l'ont fait des soldats américains vis-à-vis de " gardiens de la Révolution " iraniens arrêtés en Irak il y a quelque temps.

On ne saura sans doute jamais dans quelles eaux croisaient vraiment les soldats britanniques et quelle était leur véritable mission. Mais qu'ils aient été dans les eaux iraniennes ou irakiennes importe finalement assez peu, de toute façon les soldats britanniques, comme les soldats américains ou autres, n'ont rien à faire là.

Et pour que de tels incidents ne se reproduisent pas, il y a une solution simple, que les troupes anglaises, américaines et autres, engagées en Irak ou en Afghanistan (où on trouve aussi des soldats français), rentrent chez elles !

J. F.