D'un meeting à l'autre : à Rennes le 3 avril.

13 Avril 2007

La Salle de la Cité était bien remplie, le soir du 3 avril, pour la venue d'Arlette Laguiller à Rennes. Malgré les vacances scolaires, 700 personnes s'étaient déplacées, beaucoup de jeunes, et notamment de nombreux jeunes travailleurs. Une salle comble, un public chaleureux et attentif.

Valérie Hamon, notre porte-parole régionale pour la Bretagne, est intervenue sur les licenciements chez Alcatel-Lucent, qui va fermer ses deux centres de Rennes, et a dénoncé la rafle dont ont été victimes les 23 travailleurs maliens travaillant dans un abattoir d'une société coopérative, la Cooperl, située à Montfort-sur-Meu à proximité de Rennes.

La situation de l'usine de la Barre Thomas, sous-traitant de PSA, qui subit à nouveau un plan de suppression de 300 emplois, illustrait bien la nécessité d'interdire les licenciements et de contrôler les comptes des entreprises, comme le défend Arlette.

Les questions de l'assistance ont permis à Arlette de revenir sur la défense du pouvoir d'achat, avec l'exigence d'une augmentation minimum de 300 euros net, comme le demandent les grévistes de PSA à Aulnay, et aussi sur la nécessité d'un revenu minimum à 1 500 euros net pour tous, que l'on soit salarié, retraité, chômeur ou handicapé.