Des loyers inabordables.

13 Avril 2007

L'indice de référence des loyers (IRL), établi par l'Insee et publié début avril, affiche un taux de progression annuel de 3,23 % au 4e trimestre 2006. Les propriétaires privés pourront se servir de ce chiffre pour calculer l'augmentation des loyers des logements qu'ils louent.

Cet indice, entré en vigueur depuis le 1er janvier 2006, remplace l'ancien indice du coût de la construction (ICC) qui servait de référence pour l'évolution des loyers depuis 1953. L'IRL, dont le calcul repose sur une moyenne entre l'évolution des prix à la consommation, des prix d'entretien et d'amélioration de l'habitat et pour seulement 20 % l'ICC, est censé mieux réguler les variations des loyers et éviter des écarts trop importants avec l'évolution du coût de la vie. Le ministre de l'Économie Thierry Breton avait même présenté ce nouvel indice comme une mesure en faveur du pouvoir d'achat de la population, et plus particulièrement en faveur des plus défavorisés.

Les faits prouvent pourtant le contraire. Une augmentation de 3,19 % au troisième trimestre 2006 et de 3,23 % au quatrième trimestre 2006, c'est le double du chiffre officiel de l'inflation !

Le gouvernement pourra toujours faire remarquer qu'avec l'ancien indice, les loyers auraient encore plus augmenté (de 8,06 % et de 5,56 % selon la date anniversaire du bail). Reste que, quel que soit l'indice, les loyers ne cessent d'augmenter ; et les salaires devraient augmenter d'au moins autant.

Roger MEYNIER