Chômage : les chiffres fantaisistes couvrent une réalité dramatique

05 Avril 2007

À l'approche du premier tour de l'élection présidentielle, le gouvernement vient d'annoncer ce qu'il juge être un " bon " chiffre du chômage. D'après lui, le nombre de chômeurs ne représenterait plus que 8,4 % de la population active, meilleur pourcentage depuis plus d'une vingtaine d'années, clament les représentants de la majorité de droite.

Au même moment, le service de statistique européen, qui a pour charge d'établir les statistiques des pays de l'Union européenne, a démenti cet indice que le gouvernement sortait de son chapeau et a donné des chiffres plus élevés. À l'occasion, on a pu apprendre que les chômeurs des DOM-TOM n'étaient pas comptabilisés dans les statistiques nationales. Il y a peu de temps, l'Insee avait reporté à l'automne prochain l'annonce de son bilan annuel du chômage, publié d'ordinaire en mars.

En fait, depuis vingt-cinq ans, le nombre de chômeurs réels n'a jamais diminué. Le gouvernement s'est borné à multiplier les techniques pour masquer cette réalité, excluant de ses statistiques nombre de travailleurs privés d'emploi.

Sarkozy utilise cette baisse trafiquée du chômage comme un argument électoral. Mais même si les chiffres officiels correspondaient à la réalité, 8,4 %, cela signifierait encore des millions de chômeurs. Pas de quoi se vanter !

Derrière les chiffres, la réalité c'est un drame humain et social, alors que rien ne justifie la persistance du chômage et de la misère qu'il engendre.

Michel ROCCO