Allemagne - Obscurantisme sans frontières

29 Mars 2007

Une juge allemande de Francfort vient d'être dessaisie d'une affaire où elle avait donné raison à un mari violent contre son épouse. La jeune femme, d'origine marocaine, séparée de son mari marocain qui la battait, avait demandé une procédure accélérée de divorce. La juge avait refusé en arguant que " dans les milieux marocains, l'exercice du droit au châtiment ne permet pas d'invoquer une rudesse excessive ", motif qui permet de recourir à cette procédure en Allemagne. Donc, d'après la juge, la plaignante devait " s'y attendre ". Et comme l'avocate demandait à ce que le dossier soit retiré à la juge pour suspicion de partialité, celle-ci a réaffirmé sa position, en s'appuyant sur le Coran pour invoquer " l'honneur bafoué " du mari.

L'affaire a fait scandale ; la ministre de la Justice a confié le dossier à un autre magistrat, tout en précisant que ce comportement était un cas isolé. Mais les journaux allemands en ont profité pour rappeler que, dans le procès pour l'assassinat d'une jeune fille turque par ses frères qui lui reprochaient de vivre " à l'occidentale ", le principal accusé avait été condamné, en 2005, à une peine relativement modérée, neuf ans et trois mois de prison ; et les autres, relaxés faute de preuves. Ils ont également souligné que ce type de verdict assez clément est de plus en plus fréquent dans les " crimes d'honneur ", qui ont pourtant fait une cinquantaine de morts en Allemagne dans les dix dernières années.

Il faut avoir soi-même une bonne dose de préjugés réactionnaires mêlés de mépris raciste, pour s'appuyer, au nom de la " culture ", sur l'obscurantisme religieux le plus écrasant. Mais apparemment le phénomène n'est pas si rare, pour le malheur de ceux et surtout de celles qui croient pouvoir échapper à l'emprise des bigots de toute religion.

Sylvie MARÉCHAL