Bangladesh - Danone implante une usine de yaourts: Micro-crédit... et maxi-pub

17 Novembre 2006

Danone vient de lancer la construction d'une usine de yaourts dans un village proche de Dakka, au Bangladesh. Le géant de l'agroalimentaire s'est associé pour cela avec la Grameen Bank de Muhammad Yunus, qui a reçu dernièrement le prix Nobel de la paix pour avoir initié le micro-crédit.

Une entreprise philanthropique qui veut améliorer les conditions de vie des plus défavorisés, voilà l'image que Danone cherche à véhiculer au travers de ce genre d'initiative. En effet, le but affiché est de faire oeuvre humanitaire, en donnant du travail aux habitants des pays pauvres et en produisant des laitages à bon marché qu'ils pourront acheter.

Mais à y regarder de plus près, cette usine, qui emploiera cinquante salariés, fabriquera des yaourts à 6 centimes d'euro le pot. Même si cela semble bon marché, à première vue, une chose est certaine: Danone ne vend certainement pas ses yaourts à perte.

En tout cas, même 6 centimes d'euro c'est une somme dans ce pays, l'un des plus pauvres de la planète, où la plupart des habitants ont un revenu inférieur à un dollar par jour, c'est-à-dire à peine de quoi acheter une dizaine de yaourts. Un reportage télévisé montrait d'ailleurs une femme qui déclarait ne pouvoir acheter que deux ou trois yaourts par semaine.

Même si Danone envisage de créer une dizaine d'usines de ce type dans les pays pauvres, cela ne donnera du travail qu'à quelques centaines de personnes, ce qui est dérisoire par rapport au chômage endémique dans ces régions du globe.

Le recours au micro-crédit, quand on s'appelle Danone, c'est surtout de la maxi-pub.

Marianne LAMIRAL