PSA - Sochaux : accident de travail, la rapacité d'un patron.

01 Novembre 2006

Plusieurs dizaines d'ouvriers en CDD de l'usine ont perçu, pour tout salaire, à peine plus de 300 euros de paie en août dernier, du fait qu'ils n'avaient pas assez de jours de congés payés pour couvrir la durée de la fermeture de l'usine pendant les vacances.

Après avoir perçu ces 300 euros au mois d'août, un ouvrier en CDD a eu d'autres difficultés du fait qu'il a été victime d'un accident du travail début septembre, et qu'il est en arrêt depuis. Pour cet ouvrier qui a moins d'un an d'ancienneté à l'usine, Peugeot ne déboursera pas un seul euro, même en étant responsable de cet accident! En septembre, Peugeot a payé cet ouvrier comme s'il avait travaillé mais, considérant que c'était une erreur, s'est s'empressé de tout récupérer au point que la paie d'octobre de l'ouvrier accidenté a atteint zéro!

Cet ouvrier ne pourra prétendre qu'au paiement des indemnités de la Sécurité sociale (60% du salaire journalier). Mais cette dernière vient de contester cet accident de travail, pourtant flagrant, et réclame une attestation de salaire avant d'effectuer le moindre paiement de demi-journées... en maladie!

Correspondant Lutte Ouvrière