Indonésie : Une mine d'or qui ruine toute une région

23 Mars 2006

Le 16 mars, en Indonésie, les affrontements entre la population de la région minière de la Papouasie occidentale et la police se sont soldés par plusieurs morts. La police a tiré sur les manifestants après que, selon ses dires, deux policiers aient été roués de coups.

Les manifestants protestaient contre la mainmise totale de l'entreprise américaine Freeport McMoran sur la région. En effet, depuis 1971, Freeeport est concessionnaire exclusif de la montagne et la réduit en poudre pour en extraire l'or, le cuivre et l'argent. 14000 ouvriers excavent 200000 tonnes par jour dans ce qui est la plus grande mine d'or du monde, exploitée à ciel ouvert à 4000 mètres d'altitude. Tous les jours, 7000 tonnes de minerais utiles mélangés à de l'eau descendent en pipe-line jusqu'au port et partent vers le Japon ou les USA. Le reste forme une deuxième montagne, constituée, celle-ci, de gravats.

Les mineurs de Freeport sont réputés gagner trois fois le salaire ouvrier indonésien (deux euros par jour, soit l'équivalent de cinq kilos de riz) et être logés par la société. Mais, autour de la mine, 120000 personnes, mineurs "illégaux", sous-traitants de toute nature, ouvriers cherchant du travail, s'entassent dans des bidonvilles sans rue tracées, sans même un service de ramassage des ordures. Le seul bâtiment public est la caserne; la présence de l'État se résume à la police et à l'armée, en partie payées par Freeport. Le PDG de la multinationale affirme d'ailleurs benoîtement que payer la police est le meilleur moyen de "s'assurer de sa fiabilité". Le directeur de la mine espère d'ailleurs que la police va régler la question des manifestations actuelles "de manière pacifique et expéditive". Ce ne serait pas la première fois: en 1995, la police avait purement et simplement assassiné des Papous qui s'opposaient à l'extension de la mine, y compris des femmes et des enfants. En 2003, Freeport a admis avoir payé l'armée pour qu'elle "éloigne" les Papous.

Freeport ne paye pas que des pots de vins aux policiers locaux. Elle a aussi financé le dictateur Suharto, qui a fait régner la terreur sur l'Indonésie pendant trente ans, en lui garantissant trois emprunts pour un montant de 673millions de dollars. En échange, l'état de siège a été maintenu en permanence dans la région minière et la prolongation de la concession minière a été rapidement acquise. Pour faciliter encore ses affaires, Freeport a aussi embauché dans son conseil d'administration Henry Kissinger, ancien ministre des Affaires étrangères des USA et à ce titre grand ami du dictateur. Puis en 1998, quand le vent a tourné et que la dictature est tombée, Freeport s'est assuré les services d'une juge du Tribunal international de La Haye, spécialisée dans les crimes contre l'humanité. Cette juge a assuré que Freeport ne s'était rendu coupable d'aucun crime...

Les profits de Freeport McMoran ont été acquis au prix d'une véritable malédiction pour la population: les mineurs ensevelis par les glissements de terrain, les "hauts salaires" de six euros par jour, le travail pénible dans l'air raréfié et la poussière, les crève-la-faim qui fouillent les débris à la main pour y trouver une poussière d'or au péril de leur vie, les bidonvilles quadrillés par les flics, les prostituées malades du sida dans des baraques, la dictature militaire, la montagne ravagée, les rivières empoisonnées, la quasi-disparition des Papous, qui habitaient seuls cette région du monde jusque vers 1960. Ce ne sont là que quelques faux frais, entre autres, de l'exploitation capitaliste.

Paul GALOIS