La Poste : L'usager a bon dos

10 Novembre 2005

Le directeur de La Poste, Jean-Paul Bailly, vient d'annoncer dans une interview au Journal du Dimanche qu'en 2006 des "expériences" seront lancées dans les bureaux de poste: par exemple, ouvrir un soir par semaine jusqu'à 20 heures et même le dimanche, le matin "autour des marchés", ou lors des férias et autres braderies.

Le 27 octobre dernier, c'est le Premier ministre qui avait souhaité que des services publics comme La Poste ou la Sécurité sociale ouvrent le samedi matin et un soir par semaine jusqu'à 20heures. Il ne semblait pas savoir que dans les grandes villes les bureaux de poste sont ouverts jusqu'à 19heures et aussi le samedi matin. Le directeur de La Poste s'empresse de lui emboîter le pas en proposant des horaires encore plus extensibles.

Des heures d'ouverture plus amples pourraient certes rendre service aux usagers, à condition toutefois de ne pas être obligé de perdre à chaque fois un temps fou à faire la queue. Pour les recevoir correctement, il faudrait commencer par réduire le temps d'attente aux horaires d'ouverture actuels et pour cela embaucher des postiers en nombre suffisant. Or La Poste diminue d'année en année le personnel. Partout elle supprime des emplois, ferme des bureaux ou réduit les horaires d'ouverture.

Dans ce contexte, les déclarations de Bailly sont d'autant plus mal venues qu'il n'a nulle intention d'embaucher le personnel nécessaire mais qu'il compte une fois de plus réclamer des postiers qu'ils se mettent en quatre pour jongler avec des horaires de plus en plus élastiques. Et cela sans aucun bénéfice pour les usagers qui verront les files d'attente s'allonger faute de personnel supplémentaire.

Sous prétexte de rendre service aux usagers, auxquels la direction de La Poste ne manifeste pourtant aucun égard d'ordinaire, elle prépare une nouvelle dégradation des conditions de travail des postiers. Ça suffit!

Dominique CHABLIS