Pour que le 4 octobre ne soit pas une journée d'action de plus, mais l'annonce d'un mouvement d'ensemble jusqu'à satisfaction

29 Septembre 2005

Les confédérations syndicales appellent, dans le public comme dans le privé, à une journée de grève et de manifestation le 4 octobre sur les salaires, l'emploi et contre les dernières mesures anti-ouvrières du gouvernement. Notamment celles qu'il a fait passer en douce pendant l'été.

Nous avons en effet toutes les raisons de manifester tous ensemble notre colère.

Les grandes entreprises affichent des bénéfices record, mais elles continuent à licencier. Les 3,5 milliards de dollars de bénéfices de Hewlett Packard ne l'empêchent pas d'annoncer 14000 licenciements dans le monde, dont 1240 en France. Sony, numéro 1 mondial de l'électronique grand public, va supprimer 10000 emplois et fermer 11 usines à travers le monde.

Le gouvernement arrose de subventions ces patrons licencieurs mais s'attaque aux chômeurs et augmente la précarité. Tout travailleur privé d'emploi devra accepter n'importe quelle embauche, pour n'importe quel salaire, sous peine de voir ses indemnités d'abord amputées puis supprimées. Accepter un Contrat Nouvelle Embauche par exemple, avec période d'essai de deux ans!

Les salaires sont bloqués depuis des années même quand les prix flambent. Comme celui de l'essence en ce moment par exemple. Et le gouvernement en a rajouté en profitant de l'été pour augmenter les prix qui dépendent de lui, comme le gaz et les transports publics.

Les loyers sont devenus exorbitants, au point qu'il n'est plus possible avec un petit salaire de trouver un logement décent. Mais Sarkozy expulse et jette à la rue les familles les plus mal logées. Tandis que de Villepin annonce une réduction d'impôt pour les plus riches et une baisse de l'impôt sur la fortune.

Il faut mettre le coup d'arrêt à toutes ces attaques contre nos conditions de vie et de travail. Le 4 octobre peut être une première étape pour préparer cette contre-offensive.

Bien sûr, une seule journée d'action n'y suffira pas. Les centrales syndicales, qui se refusent à nous dire quelle suite elles entendent lui donner, le savent tout autant que n'importe lequel d'entre nous. Les partis de gauche aussi, qui ne pensent qu'aux futures élections dans un an et demi.

Il faudra un mouvement d'ensemble, voire une véritable grève générale pour contraindre les patrons et le gouvernement à céder et obtenir satisfaction. Ce mouvement semble difficile, c'est vrai. Mais il est possible. Il l'a été dans le passé. Et à plusieurs reprises: en juin 36 et, plus près de nous encore, en mai 68! Les travailleurs ne sont pas moins nombreux, ils ne sont pas moins indispensables à toute l'économie qu'à ces époques là. Au contraire. Nous sommes encore mieux placés.

C'est pour cela qu'il faut, tout en participant à fond au 4 octobre, nous préparer dès maintenant à aller au-delà.

En affirmant clairement les objectifs qui sont ceux de toute la classe des salariés:

  • augmentation immédiate des salaires de 300 euros mensuels pour tous;
  • interdiction des licenciements;
  • suppression de toutes les formes d'emplois précaires avec de vraies embauches;
  • arrêt des privatisations;
  • suppression des aides au patronat remplacées par des créations massives d'emplois dans les services publics.
  • Partout saisissons-nous du 4 octobre pour faire grève ou manifester. Mais surtout, saisissons-nous de l'occasion pour dire que nous voulons que les journées d'actions s'insèrent dans un véritable plan de mobilisation et de coordination des mouvements et des grèves qui explosent aujourd'hui ça et là.

    Un mouvement d'ensemble, ça se construit? Oui. Et cela dépend de nous tous.

    Soyons nombreux à pousser dans ce sens !

    Editorial des bulletins d'entreprise l'Etincelle du lundi 26 septembre édités par la Fraction

    Convergences Révolutionnaires n° 41 (septembre-octobre 2005)
    Bimestriel publié par la Fraction
    Dossier: L'impérialisme français en crise.
    Articles: Pour un front de lutte- De Villepin : cent jours ! Suffisant en effet - À propos des "responsabilités véritablement historiques" de la LCR - Belgique : petit pays mais solide impérialisme -Le retrait israélien de Gaza : l'indépendance du ghetto -USA : une remontée du mouvement anti-guerre
    Pour se procurer ce numéro, 1,5 €, ou s'abonner (1 an: 9 €; de soutien: 15 €) écrire à : LO, pour la Fraction, BP 233-75865 Paris Cedex 18 ou Les Amis de Convergences, BP 128-75921 Paris Cedex 19S ur le Net: http://www.convergencesrevolutionnaires.org