Septembre 1915 : la Conférence de Zimmerwald

08 Septembre 2005

Du 5 au 8 septembre 1915, pour la première fois depuis le début du premier conflit mondial qui ensanglantait l'Europe, des militants ouvriers venus de différents pays se retrouvaient pour proclamer leur hostilité à la guerre. C'était dans le petit village suisse de Zimmerwald.

L'Union sacrée

Lors de la déclaration de guerre en août 1914, les partis socialistes des différents pays s'étaient lamentablement rangés derrière leur propre bourgeoisie, sauf en Russie, et la majorité des députés socialistes avaient voté les crédits de guerre. En France, des dirigeants comme Jules Guesde étaient devenus ministres, tout comme en Belgique où le président de l'Internationale Socialiste, Émile Vandervelde, entra lui aussi au gouvernement.

En quelques jours, toutes les résolutions des derniers congrès socialistes avaient été reniées. Oubliées les dénonciations de cette guerre menée «pour les profits des capitalistes et l'orgueil des dynasties», oubliée aussi cette volonté un temps exprimée d'«exploiter la crise économique et politique pour précipiter la chute de la domination capitaliste». Les dirigeants socialistes, emportés par la vague chauvine, étaient entrés dans une union sacrée avec leur bourgeoisie, appelant de fait les ouvriers des différents pays à s'entretuer. Seul le Parti Bolchevik de Russie continuait à s'opposer à la guerre, proclamant: «Il faut tourner nos armes, non contre nos frères, les esclaves salariés des autres pays, mais contre les gouvernements et les partis réactionnaires et bourgeois de tous les pays.» Ailleurs, seules de petites minorités étaient restées fidèles à l'idéal internationaliste. En Allemagne, il s'agissait de militants regroupés autour de Karl Liebknecht et Rosa Luxembourg, en France du petit noyau de syndicalistes et de socialistes constitué par Monatte, Rosmer, Merrheim, qui se réunissaient avec les émigrés russes du journal Nache Slovo animé par Trotsky, ailleurs de petits groupes sans grande influence dans les premières années de la guerre, mais qui existaient dans pratiquement tous les pays. Ces internationalistes n'étaient que de «faibles lueurs dans la nuit», comme l'écrivit l'un d'eux, Alfred Rosmer, mais des lueurs d'espoir. Zimmerwald permit pour la première fois à ces minorités de tisser des liens.

Un premier pas

Ce furent des socialistes de pays neutres qui prirent l'initiative de la conférence, se heurtant à l'opposition des dirigeants des partis socialistes des pays belligérants, pour qui il n'était pas question de discuter avec un ennemi, fût-il lui aussi socialiste. Ce fut donc à Zimmerwald que le socialiste suisse Robert Grimm organisa la première conférence contre la guerre. Bien des militants n'avaient pu s'y rendre, au premier rang desquels Karl Liebknecht, mobilisé, qui adressa un message. Les délégués étaient peu nombreux. Il ne leur fallut que quatre voitures pour gagner la montagne. Des rapports furent présentés sur la situation dans les différents pays, une déclaration commune contre la guerre rédigée par les délégués français et allemands. Mais le plus important fut le manifeste que la conférence adressa aux travailleurs de tous les pays.

Celui-ci donna lieu à des débats passionnés car, au-delà de leur commune opposition à la guerre, les divergences étaient importantes entre les délégués. Une partie d'entre eux, qui composait le courant pacifiste, avait pour objectif prioritaire la fin de la guerre, sans en préciser les moyens, et la renaissance de la Deuxième Internationale, quitte à accepter pour cela une «amnistie réciproque», comme ironisait Lénine. Mais pour les internationalistes révolutionnaires, regroupés autour de Lénine justement, la perspective était tout autre. Elle était la révolution. «Les socialistes ont pour devoir... de chercher à transformer la guerre impérialiste entre les peuples en une guerre civile des classes opprimées contre leurs oppresseurs, en une guerre pour l'expropriation de la classe des capitalistes, pour la conquête du pouvoir politique par le prolétariat, pour la réalisation du socialisme», précisait le projet présenté par Lénine. Dans ce combat, la Deuxième Internationale avait définitivement fait faillite.

À l'égard des chefs socialistes passés à l'union sacrée, aucune attitude conciliatrice n'était possible. Il n'était pas question de recoller les bouts, comme l'auraient voulu les pacifistes, mais d'une lutte implacable qui, à terme, ne pouvait conduire qu'à la création d'une nouvelle Internationale. «Dans ce petit village de la montagne suisse, écrivit Trotsky, Lénine posa les premières pierres de l'Internationale révolutionnaire.»

Un texte de compromis fut rédigé par Trotsky et adopté à l'unanimité. Lénine estimait en effet que les bolcheviks et la gauche internationaliste «avaient réussi à faire admettre nombre d'idées fondamentales du marxisme révolutionnaire», c'est pourquoi il vota le texte. «Le Manifeste, expliquait-il, constitue un pas en avant vers la lutte effective contre l'opportunisme, vers la rupture et la scission avec lui. Ce serait du sectarisme que de renoncer à ce pas en avant avec la minorité des Allemands, des Français, des Suédois, des Norvégiens et des Suisses.»

Vers la révolution

Effectivement, le premier pas fait à Zimmerwald fut suivi de bien d'autres. Dans l'immédiat, la conférence resta ignorée de la grande masse des ouvriers et des soldats, la censure des gouvernements et des partis socialistes se combinant pour en étouffer l'écho. Mais, avec leurs faibles moyens, les internationalistes réussirent à la faire connaître à ceux qui, dans le mouvement ouvrier, se posaient des questions. Rosmer décrit ainsi comment leur situation s'en trouva modifiée en France: «En provoquant un réveil général, la conférence de Zimmerwald a atteint son but essentiel, elle a tiré le mouvement ouvrier de la honteuse torpeur de l'union sacrée... On peut déjà dire que le règne du socialisme de guerre est fini, bien qu'il faudra un long temps encore pour l'abattre. Mais il ne cessera plus de décroître, alors que le phare de Zimmerwald rassemblera des forces grandissantes.» Les horreurs de la guerre, la difficulté de l'existence à l'arrière allaient donner vie à la perspective tracée par Lénine à Zimmerwald: transformer la guerre impérialiste en révolution.

Daniel MESCLA