Ouverture du capital à la Snecma : les craintes et les indignations des salariés

09 Juin 2004

La privatisation de la Snecma, un des tout premiers fabricants mondiaux de moteurs d'avions, a officiellement débuté avec la mise en vente, le 4 juin, de 35% du capital de l'entreprise.

C'est Balladur qui, le premier, avait envisagé cette privatisation. Puis un autre Premier ministre, socialiste cette fois, avait voulu concrétiser ce projet. Seulement, Jospin, puisque c'est de lui qu'il s'agissait, avait dû le remettre à plus tard à cause des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis qui avaient fait baisser les actions des sociétés aéronautiques et des motoristes.

Aujourd'hui, Raffarin et Sarkozy remettent ça et ils n'ont qu'à puiser dans des projets préparés par d'autres, entre autres par la gauche.

De son côté, la direction générale de la Snecma n'a pas lésiné sur les moyens, consacrant plus de cinq millions d'euros à une campagne de communication avec spots publicitaires dans les médias, des centaines de réunions dans tous les sites du groupe et un «one man show» du PDG devant 5000 cadres au Zénith. Et tout cela sans compter la mise en place de bureaux d'information pour d'éventuels acquéreurs d'actions au sein du personnel.

Dans l'entreprise, cette débauche de moyens est loin de susciter l'engouement du personnel et encore moins son assentiment. Certes, les salariés des différents secteurs de l'usine participent aux réunions organisées par la direction puisqu'elles revêtent un caractère quasi obligatoire.

Dans toutes les usines, la direction a donc installé des bureaux ouverts en permanence afin de proposer des simulations sur ce que pourrait rapporter l'achat d'actions Snecma, dont 3,2% sont réservées au personnel. Mais, en panne de «clients», ceux qui sont affectés à cette tâche se morfondent à longueur de journée.

Les spots télé que la direction a diffusés il y a quelques jours ont encore accru le malaise, voire l'indignation. Non seulement parce que la privatisation y est traitée à la manière d'un conte paradisiaque, mais aussi par le coût de l'opération, qui choque bien des travailleurs puisqu'il survient alors que la direction annonce les listes réduites d'augmentations qui sont elles-mêmes à la portion congrue.

Cette hostilité latente aux plans de la direction ne débouche pas encore sur une mobilisation concrète. Seule une minorité s'est pour l'instant montrée déterminée à participer aux quelques initiatives syndicales proposées, si l'on excepte un référendum qui a révélé un écrasant pourcentage de «non» à l'ouverture du capital. Le dernier débrayage en date, qui proposait un traditionnel rassemblement de tous les centres au siège plutôt qu'une manifestation commune avec les salariés d'EDF-GDF qui manifestaient le même jour, n'a pas fait recette. Seules quelques centaines de grévistes ont fait le déplacement.

Il n'en reste pas moins que la rancoeur, les craintes, se manifestent à longueur de journée. Le 26 mai, plusieurs centaines de salariés Snecma venus aux portes de l'usine de Villaroche à la rencontre d'Arlette Laguiller et d'Olivier Besancenot, leur en ont d'ailleurs fait part, lors d'un rassemblement qui s'est échelonné sur près de deux heures.

Correspondant LO