C'est le voile qui exclut

16 Octobre 2003

La décision du conseil de discipline du lycée Henri Wallon à Aubervilliers d'exclure deux élèves portant le voile, sur fond de relance de l'offensive politique islamiste en cette rentrée scolaire 2003, suscite de vives discussions. Surtout entre enseignants, parents, et plus largement militants de gauche et d'extrême gauche qui pourtant sont contre tout étalage de signes religieux et contre toute ségrégation sexiste à l'école. Au sein du MRAP, du PCF, comme au sein de groupes d'extrême gauche trotskystes, on voit des "féministes", hommes et femmes, défendre la tolérance au port du voile! Des camarades des Jeunesses communistes révolutionnaires (liées à la LCR) ont ainsi édité un tract portant pour titre "Pour l'égalité des droits, non à l'exclusion des filles voilées!" appelant au "Rassemblement contre l'exclusion de Alma et Lila" le mardi 7 octobre devant le lycée Henri Wallon d'Aubervilliers.

Selon ces camarades, "la lutte contre l'oppression des femmes et contre les idéologies religieuses réactionnaires ne peut se construire par des exclusions", et d'affirmer que dans un contexte d'offensive du gouvernement et du patronat pour diviser le camp des opprimés, il faudrait rester tous soudés, enseignants et immigrés. Bref, il faudrait user de tolérance, de persuasion, de conviction, d'aucun interdit assimilable à du racisme anti-immigré... Bref de vertus démocratiques dont des militant(e)s du SNES d'un lycée de Villeneuve-d'Ascq, dans le Nord, se mordent les doigts qu'elles aient ouvert la porte à 50 élèves voilées, contre 2 ou 3 il y a quelques années.

La "démocratie" n'est-elle pas une fausse barbe pour renoncer au combat?

Certains, dans la gauche socialiste et communiste, disent surtout défendre l'école laïque, prétendument neutre. Notables et gouvernements de gauche n'ont pourtant guère protégé l'école publique contre l'idéologie catholique dominante, ni par les programmes ni par les subsides détournés vers l'école confessionnelle. Sans parler du maintien du statut spécial de l'Alsace-Moselle. Mais aujourd'hui et avant tout, dans l'affaire du voile, il y a le combat à mener pour la liberté des femmes et contre l'influence de l'extrême droite islamiste qui se cache à peine, derrière le foulard.

Il ne s'agit pas simplement, comme affirment certains, de respecter des jeunes filles qui seraient attachées à une culture, une tradition, une mode vestimentaire ou des convictions personnelles. Depuis quelques temps, des courants politiques réactionnaires saisissent les opportunités de prendre barre sur le milieu maghrébin qu'ils estiment déstabilisé par le chômage, la misère, l'exclusion et le racisme, sans oublier la politique impérialiste guerrière dans le Golfe et ailleurs. Les islamistes ont choisi de s'appuyer sur des préjugés courants à l'égard des femmes pour se développer. Ils ont fait du voile leur drapeau. On a pu voir le résultat en Iran, en Afghanistan, en Algérie quand ils ont mené leur offensive contre les femmes par des agressions violentes de femmes non-voilées. Il ne faut pas leur céder en France, où ils peuvent aussi imposer aux jeunes filles de passer du "petit fichu" au "grand foulard", puis au grand voile qui recouvre entièrement le corps et le visage, les yeux seuls vaguement discernables derrière un grillage! Derrière ce fatras moyenâgeux, il y a la place imposée à la femme, l'enfermement à la maison dans son seul rôle d'épouse et de mère, pour un seul homme qu'elle n'a pas choisi; il y a ces fameuses règles communautaires selon lesquelles les femmes ne devraient pas aller à l'école, même pas l'école coranique! De plus en plus, celles qui ne porteront pas le voile seront des mécréantes, des filles méprisables, que de petits caïds de banlieue s'autoriseront à violenter voire assassiner. Si on laisse faire, pour deux jeunes filles réellement volontaires pour porter le voile, des milliers d'autres seront contraintes à le faire par peur des "frères", même si leurs parents n'avaient nullement le désir de le leur imposer. L'essentiel pour nous est précisément le sort des filles du milieu maghrébin qu'il ne faut pas abandonner aux pressions réactionnaires. Une majorité d'entre elles demande clairement que l'intolérance au voile à l'école continue à les protéger. Raison primordiale de mener le combat pour que l'école garde ce petit avantage sur l'ensemble de la société, de les soustraire autant que faire se peut aux pressions des divisions ethniques, raciales, religieuses et communautaires.

Ceux dans l'extrême gauche qui défendent le "droit au voile" croient probablement confirmer, comme si besoin était, leur anti-racisme voire anti-fascisme. Un vrai contresens par rapport aux positions de l'extrême droite française qui prêche le "communautarisme", la différence, la ségrégation. La droite et l'extrême droite mèneraient campagne contre la communauté musulmane et l'Islam? Au contraire, la droite cherche à s'appuyer sur des milieux traditionalistes et religieux, d'où l'institution récente d'un Conseil de la communauté musulmane qui place la communauté issue du Maghreb sous l'égide des religieux. Raffarin, comme les gouvernants qui l'ont précédé, cherche à éviter de prendre une position claire, abandonne les enseignants et les proviseurs et les contraint à fermer les yeux ou à se battre seuls en assumant tous les risques et les coups.

Le débat, mais surtout le combat reste à poursuivre. Notre solidarité avec le milieu ouvrier maghrébin ne passe pas par la "tolérance" à ses préjugés, derrière lesquels avancent des courants politiques réactionnaires. Notre combat pour l'égalité entre les sexes passe entre autres par "l'intolérance" au voile à l'école.

Robert PARIS

Convergences Révolutionnaires nE 29 (septembre-octobre 2003), bimestriel publié par la Fraction

Dossier: L'altermondialisation: Réforme ou révolution? Aménagement ou renversement du capitalisme? Dans quel camp est donc le mouvement altermondialiste?

Articles: le "sauvetage" de la Sécu par le gouvernement; l'été chaud des intermittents du spectacle; l'enlisement américain au Moyen-Orient; la guerre menée par Blair aux réfugiés en Grande-Bretagne.

Pour se procurer ce numéro, 1,5€, ou s'abonner (1 an: 9€; de soutien: 15€) écrire à:

LO, pour la Fraction, BP 233-75865 Paris Cedex 18 ou Les Amis de convergences, BP 128-75921 Paris Cedex 19
Sur le Net: http://www.convergencesrevolutionnaires.org