Pour combattre le Front National, il faut une force militante dans les usines et les quartiers

03 Mai 2002

Les premiers succès électoraux du Front National remontent aux débuts des années quatre-vingt. Le Front National, existant sous son nom actuel depuis 1972, ne fut pendant des années qu'un groupuscule d'extrême droite. Ses résultats tournaient autour de 2 ou 3 %. Le Pen lui-même ne recueillit aux élections présidentielles de 1974 que 0,74 % des suffrages exprimés.

Mais en septembre 1983, le FN obtenait 16 % aux élections municipales de Dreux et en octobre 1983, près de 10% à Aulnay-sous-Bois. En juin 1984, aux élections européennes, ces percées locales se confirmaient à l'échelle nationale. Le FN recueillait alors 10,95 % des voix et 2,2 millions de suffrages. Puis, il atteignit 4,3 millions à l'élection présidentielle de 1988 et 4,5 millions à celle de 1995. Et ces votes se confirmèrent aux élections municipales qui suivirent.

Qu'une fraction de l'électorat populaire de droite, qui a toujours existé en France, glisse vers l'extrême droite était grave. Mais qu'une partie de l'électorat ouvrier se tourne vers l'extrême droite, était un signe plus sérieux. Aujourd'hui, cet électorat de Le Pen se renforce, comme on peut le voir à travers les résultats des bureaux de vote des cités populaires.

La première augmentation des scores du Front National, en 1983, survint deux ans après l'arrivée au pouvoir de l'Union de la Gauche. Cela peut s'expliquer très partiellement par le fait qu'une fraction des classes populaires, qui avaient mis leurs espoirs dans la gauche, commençait à déchanter. Mitterrand, président de la République, et le gouvernement socialiste de Mauroy, dans lequel siégeaient quatre ministres communistes, gouvernement qui s'appuyait sur une majorité socialiste absolue à l'Assemblée nationale, avaient décidé le blocage des salaires et des licenciements massifs dans les secteurs dépendant de l'Etat. Ce gouvernement renonça même à cette époque au seul point sur lequel son programme à l'égard des travailleurs émigrés se distinguait des positions de la droite : la promesse d'accorder le droit de vote aux immigrés dans certaines élections locales. Mitterrand ne cessait de « surfer » sur le terrain des préjugés racistes en faisant des déclarations sur le « seuil de tolérance » pour l'arrivée en France des travailleurs immigrés.

Dans le même temps, les licenciements, donc le chômage, s'accroissaient sans que les gouvernements, surtout ceux dont on croyait qu'ils agiraient contre parce qu'ils se réclamaient de la gauche, ne s'y opposent. Au contraire, puisque ce fut Mauroy qui devint le maître d'oeuvre, par exemple, du Plan acier qui mit sur le pavé des milliers de sidérurgistes en Lorraine.

Aujourd'hui, face au danger que représentent les idées de Le Pen et l'écho grandissant qu'il a rencontré dans les milieux populaires, la seule chose que la gauche propose est de voter Chirac.

L'influence de l'extrême droite est liée à la démoralisation d'une grande partie de la classe ouvrière et, sur le plan politique, à la capitulation en rase campagne des organisations qui se disaient à leur côté, qui se présentaient comme des représentants de leurs intérêts.

Il n'y a pas, pour faire face à cette situation, de recettes miracles et immédiates. Surtout pas cette duperie qui consiste à s'en remettre pieds et poings liés à un homme de droite, en essayant de faire croire qu'il est le seul rempart permettant d'endiguer l'extrême droite. Mais les travailleurs ne sont pas pour autant impuissants et condamnés à se résigner en baissant les bras.

Car après le 5 mai, la lutte de classe ne disparaîtra pas, ne serait-ce que parce que le patronat, lui, ne désarmera pas.

Il deviendra encore plus nécessaire de la mener, en toute conscience. En tirant de l'expérience que nous sommes en train de vivre tous les enseignements. Et tout d'abord, la claire compréhension de qui est aux côtés des exploités, de la population laborieuse, et qui se trouve dans le camp de leurs adversaires. En résumé, sur qui on peut compter et de qui on doit se défier.

Il reste, au sein du monde du travail, des dizaines de milliers de militants. Il en reste dans les quartiers populaires qui, sans baisser les bras, mais plus lucides espérons-nous, permettront de faire véritablement barrage à l'extrême droite.

Aline RETESSE