L'avenir que souhaite le grand patronat : Tous les salariés en CDD

03 Mai 2002

L'Association française des entreprises privées (AFEP), un club de réflexion patronal qui regroupe les 81 plus importants chefs d'entreprise français propose une refonte du Code du travail.

Cette refonte pourrait servir de base à la droite parlementaire si celle-ci devenait majoritaire après les élections législatives. Selon le syndicat FO « ce qui est proposé constitue tout simplement un bond en arrière et un recul total des

droits des salariés ».

Ainsi il n'y aurait plus de négociations de branches avec les syndicats, mais une « décentralisation de la négociation collective au niveau de l'entreprise ». Il est vrai que cette façon de procéder est commencée depuis longtemps.

En outre, et plus grave sans doute, tous les salariés se verraient proposer des « contrats de mission ou de projet » dont la durée serait limitée à quatre ans dans le cas où « le terme ne peut être relié à une date précise ». Tous les salariés se trouveraient donc en contrat à durée déterminée.

Cette idée, déjà évoquée il y a quelque temps, avait été écartée par le Medef, qui la trouvait sans doute trop ouvertement _provocatrice envers le monde du travail. Mais en cas de victoire de Chirac, puis de la droite au Parlement, qui sait s'il n'y reviendrait pas. En tout cas, cette idée est celle des principaux chefs d'entreprise du pays !

Les travailleurs sont prévenus, s'ils pouvaient en douter, le patronat n'attend que des circonstances favorables pour durcir davantage les conditions de l'exploitation de la classe ouvrière.

Il faudra lutter contre le medef, ou l'AFEP, et ce n'est pas en votant Chirac, (et encore moins Le Pen !) qu'on peut se préparer à une telle lutte.

A. V.