Intox

03 Mai 2002

Depuis le premier tour de la présidentielle, il ne passe pas un seul jour sans que la presse et les hommes politiques, généralement de gauche, ne mélangent à dessein les risques découlant du nombre de voix qui se porteront sur Le Pen au second tour et le pourcentage qu'il obtiendra. À les en croire, un maximum d'électeurs devraient aller voter Chirac pour réduire le score de Le Pen, alors que le vote blanc ou nul (que nous préconisons) et l'abstention augmenteraient le pourcentage de voix lepénistes. Martelée dans les discours, cette argumentation n'est rien d'autre qu'un tour de passe-passe.

Ce qui comptera au soir du second tour, pour l'avenir, ce n'est pas le pourcentage obtenu par Le Pen, mais les électeurs lepénistes que l'on dénombrera à l'échelle du pays, mais aussi dans tel ou tel quartier. Leur nombre - et le danger qu'il représenterait - croîtra-t-il ou pas au soir du 5 mai ? Au premier tour - la « grande » presse et la classe politique ont été discrètes sur cet aspect -, les électeurs de Le Pen plus ceux de Mégret étaient nombreux, mais moins nombreux que ceux de Le Pen et de De Villiers réunis lors de la présidentielle de 1995. Et d'ici au 5 mai, il faut tout faire pour que leur nombre se réduise, pour que ceux des travailleurs, des petites gens, qui se seraient laissé tenter au premier tour par un tel vote, prennent conscience du danger mortel que ce serait, pour toute la classe ouvrière et pour l'ensemble de la société, de récidiver.

Même si, le 5 mai, Le Pen fait 20 ou même 30 %, mais sans gagner de voix par rapport au premier tour, son influence réelle n'aura pas progressé. Il aura stagné. Et c'est cela qui compte et qui marque le véritable rapport de forces face à l'extrême droite. Ceux qui prétendent le contraire, nous mentent. Ils seraient même capables, si Le Pen perdait des voix mais progressait en pourcentage, d'invoquer une prétendue poussée de l'extrême droite. Mais la seule poussée qu'il faudrait constater, c'est celle qui les fait, volontairement, se coucher pour se vautrer devant Chirac.

Pierre LAFFITTE