Centre hospitalier de Montluçon (Allier)

03 Mai 2002
Non aux 35 heures sans créations de postes

Au Centre hospitalier de Montluçon, la situation créée par l'application des 35 heures reste intolérable et nous continuons à multiplier les journées de grève. Pour le personnel soignant, le temps de repas n'est plus compté et nous prenons nos pauses quand nous le pouvons. Le temps de transmission des dossiers des malades aux changements d'équipes n'existe presque plus. En 15 minutes, nous ne pouvons pas mettre au courant notre relève quand on sait que nous

avons une vingtaine de dossiers à gérer.

La direction se moque ouvertement des employés et continue sa politique de fermeture de lits, voire de fermeture de service (celui d'ORL récemment). Elle exerce une pression intolérable sur les cadres et sur l'ensemble du personnel. Pour les équipes du vendredi soir jusqu'au lundi matin, la direction a tiré au sort le personnel qui devait travailler ou non.

Nous sommes intervenus lors du Conseil d'administration, à l'occasion des remises de médailles, nous avons envoyé des lettres aux élus, informé les élèves de l'école d'infirmières sur notre grève contre l'accord des 35 heures.

Après avoir participé aux manifestations nationales à Paris, où nous avons été reçus par les gaz lacrymogènes des CRS, nous avons manifesté à Moulins et à Clermont-Ferrand. Et à ce jour, nous sommes un certain nombre décidés à ne pas accepter les 35 heures sans création de poste.