Grève dans un Mac Do (Paris) : ça se passe comme ça chez McDonald's !

16 Novembre 2001

Depuis le 24 octobre, le personnel du restaurant McDonald's de Strasbourg-Saint-Denis, à Paris, est en grève. Les employés réclament une amélioration de leurs conditions de travail et de salaire, et surtout l'annulation des procédures de licenciement contre cinq d'entre eux, que le gérant du restaurant accuse de détournement d'argent, ainsi que des poursuites pour ces accusations.

Dans ce McDonald's, il y a eu trois gérants en un an. Le dernier, arrivé en août, dit avoir constaté dans la comptabilité un détournement de un million de francs qu'il a d'abord imputé à un des employés, comme par hasard le délégué syndical, contre qui il a entamé une procédure de licenciement. Devant la réaction spontanée des employés qui se sont mis en grève contre cette procédure, le gérant a attaqué à nouveau en demandant le licenciement de deux managers et de deux autres employés et en portant plainte contre X pour détournement d'argent.

Les conditions de travail sont dures dans ces restaurants et les salaires bas. La plupart des employés sont des jeunes embauchés à temps partiel (3 500 F pour 89 heures mensuelles) ou des étudiants qui viennent gagner un peu d'argent en même temps qu'ils continuent leurs études. Les managers (encadrement qui organise le travail) ne sont pas mieux lotis : ils subissent la pression du gérant pour faire du chiffre. La pression et le mépris sont tels que les employés ne restent pas et que le personnel "tourne". Les gérants de ce genre d'établissement croient avoir un personnel corvéable à merci. Or, à ce Mac Do de Strasbourg-Saint-Denis, un délégué combatif comptait présenter une liste CGT aux prochaines élections de délégués. Est-ce ce qui a déplu au nouveau gérant ? Toujours est-il que les procédures de licenciement engagées concernent les cinq personnes qui étaient candidates...

Les grévistes ont installé un piquet de grève devant le restaurant fermé et distribuent des tracts à la population qui, dans ce quartier populaire de Paris, manifeste sa solidarité en signant la pétition de soutien et en versant un peu d'argent. Une conférence de presse a été organisée le 9 novembre. Les grévistes ont contacté un autre Mac Do du 11e arrondissement, dont le gérant n'est autre que leur propre gérant ! Des négociations sont en cours pour l'arrêt de la procédure de licenciement, pour le retrait de la plainte. Les employés sont déterminés à obtenir ce qu'ils réclament.